Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

01/10/2009

Aéroport Montpellier Méditerranée

L’aéroport de Montpellier a accueilli en 2008 environ 1,25 million de passagers ce qui le situe au 11ème rang au niveau national.

Pour donner un ordre de grandeur, Paris-Orly se situe à 26 millions, Lyon-Saint-Exupéry à 7 millions et Marseille-Provence, comme Toulouse-Blagnac, autour de 6 millions, et tous les aéroports français, avec Paris-Charles de Gaulle de très loin le premier, totalisent 87 millions de passagers.

Les bases lyonnaise d’Easy Jet et marseillaise de Ryanair, deux poids-lourds du low-cost, confèrent à ces aéroports un avantage concurrentiel indéniable.

A Montpellier, malgré le développement des lignes low-cost, la crise économique, la montée du prix du pétrole et la concurrence du Train à grande vitesse (sur la destination Paris-Orly où la part du TGV atteint 67 % en 2008) entraînent une stagnation du trafic passager.

L’aéroport Montpellier Méditerranée est certes classé aéroport à vocation nationale mais il demeure à taille humaine dans le triangle Toulouse-Marseille-Lyon.

Les aéroports régionaux ou locaux, dits secondaires, au nombre de 150 en France, ont été, quant à eux, décentralisés de l’Etat vers les collectivités territoriales, conformément à l’article 28 de la loi n° 2004-809 du 13 août 2004 : c’est le cas pour Nîmes, Béziers ou encore Carcassonne.

La vocation de Montpellier Méditerranée est de participer au développement économique régional.

Pour le gérer, s’est mis en place le 23 juin 2009 une société aéroportuaire, dont les actionnaires sont dans un premier temps, l’Etat à 60 %, la Chambre de commerce et d’industrie de Montpellier à 25 % et les collectivités locales à 15 %.

Cela permettra aux forces économiques et institutionnelles de la région de se concentrer sur son aéroport principal en vue de lui conférer une envergure internationale, sachant que les enjeux aéroportuaires sont maintenant de niveau européen.

Le Département de l’Hérault et la Région Languedoc-Roussillon finançaient déjà environ 25 % des investissements annuels qui se montaient tous les ans aux alentours de 4 millions d’€.

MontpellierMéditerranée.jpg


La stratégie de l’aéroport de la capitale régionale est :
- d’ouvrir de nouvelles lignes vers des capitales européennes génératrices de flux touristiques et d’affaires (en 2008 : Amsterdam, Bruxelles, Londres et Madrid),
- de desservir des plates-formes permettant la correspondance vers l’international,
- de diversifier les compagnies aériennes (plus de 80 % du trafic est actuellement généré par la compagnie « Air France » et ses filiales, « Régional » ou « Britair »), avec l’implantation d’opérateurs low-cost (20 % du trafic à Montpellier).

L’aéroport de Montpellier Méditerranée, c’est bien entendu la possibilité de se déplacer loin et rapidement mais c’est aussi un pôle d’emplois en plein développement avec :
- l’aéroport lui-même faisant appel à 100 équivalents temps plein,
- le pôle maintenance aéronautique,
- le pôle logistique et fret,
- le pôle tertiaire avec les services et la formation, notamment des pilotes étrangers.

La plate-forme aéroportuaire génère près de 20 millions d’€ de chiffre d’affaires annuellement et héberge près de 80 entreprises.

L’aéroport de Montpellier Méditerranée est un outil fondamental de développement économique à la fois du bassin d’emplois de Montpellier mais aussi de toute la région Languedoc-Roussillon :
- trafic postal d’environ 4.000 tonnes annuellement,
- volumes de fret « avionné et camionné » de l’ordre de 1.500 tonnes par an,
- entre 2.500 (février) et 4.500 (juillet) passagers en partance ou à l’arrivée, tous les jours, avec un « trafic affaires » conséquent et un « trafic loisirs » en renfort au moment des vacances scolaires.

Suite de cette note : le 24 octobre 2009

Photo : Service Communication de l'Aéroport

Les commentaires sont fermés.