Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

17/02/2010

Albert Camus, la médiathèque du Nord de Montpellier

 

Les habitants du Nord de Montpellier bénéficient dorénavant d'une médiathèque de premier plan.

 

En effet, la Médiathèque Albert Camus, construite à Clapiers, a ouvert le 12 février 2010.

IMG_1371.JPG

 Entrée de la Médiathèque Albert Camus

 

Ce haut lieu de culture est implanté à proximité de la Route départementale 65, très utilisée pour se rendre au travail ou encore dans les lycées, les universités du Nord de Montpellier.

IMG_2081.jpg

 Affluence le jeudi matin, 11 février 2010, pour l'inauguration officielle

 

Sont en réalité fortement concernées les communes de Grabels, Montferrier sur Lez, de Prades le Lez, de Saint-Vincent de Barbeyrargues, d’Assas, de Guzargues, de Teyran, de Jacou ainsi qu’une partie de Castelnau le Lez et du Crès.

 

La zone d’influence de cet établissement public comprendra vraisemblablement une intersection territoriale avec la Médiathèque Françoise Giroux de Castries.

IMG_1376.JPG

 Côté Sud avec ses claustra et ses écritures symboliques

 

1.200 m², 4.980.000 € de coût TTC, 40 entreprises mobilisées, 10 salariés, 19.000 documents disponibles, telles sont les principaux « chiffres » décrivant succinctement cette réalisation.

 

Les financeurs sont dans l’ordre : la Communauté d’agglomération de Montpellier (2.588.969 €), l’Etat (872.272 €), le Département de l’Hérault (709.459 €), la Région Languedoc-Roussillon (600.000 €) et la Commune de Clapiers (209.300 €).

 

Le Cabinet d’architecte DLM Associés (Marc Dautheville, Christophe Lladères, Jean-Pierre Mézin) a organisé les différentes salles autour d’un patio lumineux, occupé en son centre par un olivier.

IMG_2090.jpg

Patio méditerranéen, véritable puits de lumière 

 

La maîtrise de l’énergie a été une préoccupation majeure : isolation périmétrique performante, chauffage au gaz naturel par le sol, éclairage autonome, régulation thermique sophistiquée, prise en compte du confort d’été.

 

Le parvis de l’édifice est couvert de 260 m² de panneaux photovoltaïques (production prévisionnelle de 36.400 kWh par an soit 54 % de ses besoins électriques).

IMG_1368.JPG

 Panneaux photovoltaïques semi transparents en couverture du parvis

 

Le bus de ville desservira prochainement ce bâtiment public qui a été doté d'une station Vélo Magg'.

IMG_2066.jpg
Station Vélo Magg' pour favoriser les déplacements doux

La Médiathèque Albert Camus propose, en prêt ou en consultation sur place, des livres (romans et documentaires), des journaux, des revues, des magazines, des albums BD, des CD, des DVD.

 

Il est aussi possible d’utiliser des logiciels d’apprentissage notamment de langues, des accès Internet (23 postes) et de visionner des vidéos de dernière génération Blu-ray.

IMG_2085.jpg

 Salle de lecture pour les enfants

 

En outre, la Médiathèque Albert Camus offre des animations, des rencontres, des expositions, des projections vidéo, des lectures de contes, des cours informatiques, etc.

 

Cet établissement fait partie du réseau des 11 médiathèques de l’Agglomération de Montpellier (51.000 abonnés, 1,87 million de prêts, soit 34 emprunts annuels en moyenne pour un abonné).

 

De ce fait, la Médiathèque offre de nouvelles fonctionnalités basées non seulement sur l’utilisation d’Internet mais aussi sur de nouveaux espaces multimédias (images, musique, jeux) et sur le développement des accès distants aux services proposés par les 10 autres médiathèques.

IMG_2103.jpg

 Partie réunion de la salle polyvalente cofinancée par la Commune de Clapiers

(réunions/expositions/projections)

 

Cet établissement est le premier à appartenir, localement, à une nouvelle génération de médiathèques où le multimédia occupe le premier plan.

 

Temple du savoir, de la culture, de la distraction intellectuelle, certes, mais aussi lieu de convivialité, d’échanges entre habitants de Montpellier Nord, telle est la fonction sociale de la Médiathèque Albert Camus.

Commentaires

La nouvelle médiathèque de Clapiers a été inaugurée le 11 Février. Mais le compte écologique n'y est pas. La surface de toit disponible n'a pas été optimisée pour installer des panneaux photovoltaiques. Seul 260 m2 de capteurs ont été installés pour une énergie produite par an de 36 400 kWh (soit la production de 10 particuliers)(Source : Harmonie n° 270, magazine de l'Agglomération de Montpellier)

Or 800 m2 de toiture idéalement située aurait pu être équipé de capteurs photovoltaiques.(non vérifié : je n'ai pas les plans)

Actuellement :
Conformément à ce que j'avais retenu de la réunion sur le photovoltaique organisée par la Mairie, nous avons une puissance d'environ 120 Wcrête par m2 de panneau polycristallin (de 120 Wcrête à 150 Wcrête par m2).
Donc 260 m2, puissance de 30 kW.
Sur 1200h d'ensoleillement : 36 000 kWh.
Le prix de la revente à EDF serait de 18 327 Euros = en gros 0,50 Euros fois 36400 kWh (avec quelques points de rendement (7 points ?) en moins du fait du positionnement des capteurs à l'horizontale).

Le blog de l'adjoint en chrage des travaux à Clapiers indique :"Le parvis de l’édifice est couvert de 260 m² de panneaux photovoltaïques (production prévisionnelle de 36.400 kWh par an" si l'on projete ce résultat en tenant compte d'une sous production de 7% liée au positionnement horizontal se sont 36.654kWh/an qui seraient produit à 0,50 € ce sont 18.327€ de gains annuels".



Manque à gagner écologique et financier :
Le manque à gagner pour 800 m2 de toit non équipé serait donc de :
- puissance manquante : 96 kW
- énergie manquante : 96 fois 1200 = 115 200 kWh
donc à 0,5 Euros le kWh revendu à EDF= 57 600 Euros.

Personnellement je demanderai aux responsables municipaux les raisons de ce gâchis écologique :

- Quel est l'architecte qui n'a pas pensé à intégrer les capteurs dés la conception sur une toiture idéalement située ?

- Pourquoi personne n'a réagi à l'évidence de cette perte d'énergie propre et non polluante ?

Je suivrai cette affaire dans l'avenir !

Apportez-moi vos remarques (il faut cliquer deux fois pour proposer un commentaire : ils ne sont pas bloqués !).

V.Meynier
http://clapiers-autrement.midiblogs.com
Groupe Europe Ecologie "Dynamique Ecologiste à Clapiers"

Écrit par : MEYNIER | 18/02/2010

A l’évidence, la fonction première d’une médiathèque n’est pas d’être une centrale photovoltaïque, mais un lien de rencontres, d’échanges, de culture.
Il me semble que l’architecte a voulu présenter à la vue des toits en tuiles, pour des raisons d’esthétique.
La Médiathèque Albert Camus constitue en effet le début d’une perspective, primordiale à Clapiers, qui aligne cet édifice public majeur, l’Esplanade Jean Jaurès, le Vieux Village et l’église, dont le mur-clocher est classé, ce qui engendre des contraintes architecturales fortes dans un périmètre de 500 mètres.
Les Collectivités territoriales subissent en outre des contraintes plus fortes que les particuliers (lorsque les installations de ces derniers ne dépassent pas 3 kWc de puissance).
Premier exemple, Départements et Régions se voient actuellement refuser par ERDF le raccordement des grosses centrales photovoltaïques des collèges et lycées aux conditions des particuliers.
Deuxième exemple, un texte récent prive les Collectivités territoriales du tarif d’achat le plus intéressant réservé aux particuliers, sauf pour les écoles et dispensaires communaux.
Gymnase, foyer, salle polyvalente, mairie, hangar réservé aux services techniques, n’ouvrent ainsi droit qu’au deuxième tarif (intégration dans le bâti) voire au troisième tarif.
Quant au quatrième tarif, encore plus faible, il est réservé aux centrales au sol.
Suite à ce nouveau texte, d’application rétroactive, l’avenir du photovoltaïque sous maîtrise d’ouvrage d’une collectivité territoriale est subitement beaucoup plus sombre que celui des particuliers pour le toit de leur résidence principale ou que celui des friches « industrielles » (comme par exemple l’ancienne décharge du Thôt).

Écrit par : Michel Chastaing | 19/02/2010

Certes, certes, Michel, les collectivités , comme d'ailleurs les investisseurs privés, se voient désormais refuser l'accès au tarif de vente EDF le plus favorable, désormais réservé aux particuliers sur leur habitation.
Je ne trouve d'ailleurs pas cela choquant, car effectivement il y avait eu fin 2009 un déferlement de projets déposés ( par les investisseurs non particuliers) pour bénéficier des anciens tarifs.
Les nouveaux tarifs 2010 restent de toute façon, même pour les investisseurs professionnels, largement dans les niveaux normaux de rémunération du capital investi.
Idem pour les collectivités.
Mais la question pour la médiathèque n'est pas là:
Si une implantation de panneaux plus judicieuse et plus large ( en particulier sur les 2 toits orientés plein SUD), pas de problème pour bénéficier du tarif le plus élevé, puisque le projet date de bien avant fin 2009!
Je t'avais déjà alerté (ainsi que Pierre Maurel)sur la question en 2009, car je ne voyais rien sur les toits.
Il aurait sans doute encore été temps de rectifier le tir, si volonté politique il y avait!
Par ailleurs des panneaux horizontaux à l'est, bien plus de 7% de perte de rendement! , mais bon, les marchés étant signés pour les auvents, on pouvait les faire, mais en plus, faire des travaux supplémentaires sur les toits , en 2009!
Alors, ne botte pas en touche sur les nouveaux tarifs 2010!
Il y a eu effectivement une erreur dans la maitrise d'ouvrage de l'agglo de la part de ton leader adoré, Georges Freche, pour qui l'écologie n'est qu'un affichage de façade (ou d'auvent... ;->)
Bien amicalement
Yves

Écrit par : Yves PACCOU | 19/02/2010

Les commentaires sont fermés.