Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

26/04/2010

Un Pearl Harbor commercial et organisationnel

Le volcan islandais Eyjafjöll a semé le chaos dans le transport aérien.

 

Des similitudes frappantes viennent à l’esprit concernant le sinistre événement de Pearl Harbor, le 7 décembre 1941.

 

Les Américains, sûrs de leur supériorité militaire et aérienne, croyaient leur flotte et leurs aéronefs intouchables, avec une base navale de Pearl Harbor à la pointe de la technologie.

 

Le grain de sable a été humain avec l’attaque japonaise.

 

De même, les Européens croyaient leurs avions commerciaux à l’abri d’une telle paralysie.

 

C’est un cataclysme naturel qui, cette fois, a sévi.

IMG_2617.jpg

 

Les réacteurs sont maintenant sensibles aux cendres volcaniques,

incomparablement plus que les hélices

 

 

Les compagnies aériennes européennes ont alors connu un Pearl Harbor commercial et organisationnel

.

Dans les deux cas, c’est le regroupement des flottes au même endroit qui a précipité l’incapacité à faire face.

 

D’un côté, toute la flotte américaine du Pacifique (exceptés 3 porte-avions) mouillait sur l’île d’Oahu tandis que les compagnies aériennes européennes massent leurs avions sur les aéroports de Londres, Paris et Francfort, etc.

 

En fait, les repas embarqués, la maintenance avancée des avions, les pilotes et équipages, sont centralisés sur Paris pour la France.

 

Un avion de compagnie française décollant du Soudan, de Malaisie, du Chili, d’Iran, etc., arrive d’abord de Paris avant de repartir.

 

Le Gouvernement français aurait donc dû donner l’ordre aux compagnies, dès l’aéroport de Londres atteint par le nuage de cendres volcaniques, d’évacuer les avions au sol à Paris.

 

Faute d’un déplacement vers les aéroports du Sud de la France, à l’abri du nuage, la flotte est restée inutile, clouée au sol.

 

L’ouverture de l’espace aérien, presque une semaine après sa fermeture, n’a permis un retour à la normale que pour les vols postérieurs à la date de réouverture.

 

Certains touristes français bloqués à l’étranger se demandent encore s’ils ne devront pas attendre le 1er mai, voire le 8 mai 2010 pour retrouver leur foyer.

 

En effet, une fois un vol annulé, le voyageur malchanceux est inscrit en liste d’attente des vols suivants et programmé sur un vol ferme ultérieur.

 

Si les vols suivants sont complets (c’est en général le cas jusqu’à la fin des vacances de printemps, en l’occurrence le 2 mai pour la « zone C »), la compagnie aérienne propose les premières dates disponibles plus tard.

 

Le stock de passagers français « en rade », initialement de 150.000, s’est ensuite amenuisé à 40.000, une dizaine de jours après la fermeture.

 

Le Gouvernement français a alors réagi en débloquant, enfin, un fonds de 1.000.000 € pour les situations humaines et sanitaires critiques, ce qui ne représente en moyenne que 25 € par naufragé du ciel !

 

Ces naufragés feront dont face presque exclusivement sur leurs propres deniers, s’ils en ont les moyens.

 

Alors, pourquoi le stock des laissés pour compte diminue-t-il si lentement ?

 

C’est qu’en fait, au-delà des vols supplémentaires qui ont constitué des bouffées d’oxygène très appréciées, les compagnies aériennes ont une organisation très rigide, non adaptée en temps de crise.

 

Quels que soient les événements, la gestion demeure lucrative et commerciale.

 

Il a été rarement proposé aux voyageurs d’atterrir en d’autres lieux que leur destination première alors même qu’ils pouvaient être intéressés.

 

La plupart du temps, un passager a dû rester sur un fauteuil de sa classe.

 

Enfin, les compagnies n’ont pas passé entre elles de contrats d’entraide ce qui aurait permis d’évacuer des passagers sur d’autres avions : l’égoïsme commercial a prévalu.

 

Le manque de préparation du Gouvernement français et des compagnies aériennes restera gravé dans les mémoires.

 

Il ne faut pas oublier que les compagnies aériennes ont cessé de vendre des billets pendant plusieurs jours et que beaucoup de voyageurs se sont découragés en annulant leurs déplacements sine die : le transport aérien sera donc durablement affecté par la défiance de nombreux Français.

 

Notre société ultra technologique est fragile : c’est indéniable.

 

Il nous faut donc acquérir une culture du risque : le Katla, 10 fois plus puissant que l’Eyjafjöll et voisin de seulement 10 kilomètres de ce dernier, n’est-il pas soupçonné d’une éruption prochaine ?

 

Les commentaires sont fermés.