Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

16/06/2010

Halte à la criminalité financière

Le 4 juin 2010, la Commission Européenne a pris des mesures pour que la législation européenne sur le blanchiment des capitaux soit respectée par la France.

 

En l’occurrence, la Commission a adressé à la France une invitation formelle à se conformer à un arrêt de la Cour de justice européenne de 2009.

 

La Cour a conclu que la France avait manqué à ses obligations aux termes de la troisième directive contre le blanchiment de capitaux (Directive 2006/70/CE), en ne la transposant pas en droit national, avant l'expiration du délai imparti.

 

La France pourrait être condamnée à une amende ou à une astreinte si elle n’intégrait pas rapidement dans son droit national les règles européennes de lutte contre la criminalité financière.

 

Les Français seraient alors indirectement taxés pour payer ou bien la somme décaissée alimenterait le déficit budgétaire, déjà abyssal.

Pour le Fonds Monétaire International, les activités criminelles représenteraient 5 % du Produit intérieur Brut mondial.

 

Les mafias, actives dans de nombreux pays, ont profité des mesures prises pour sauver les banques.

 

Aujourd’hui, certains pays vivent sous perfusion de cet argent sale et d’autres, plus riches, plus rigoureux d’habitude, sont moins regardant en ces temps de crise mondialisée.

 

Le Gouvernement doit comprendre que la confiance des citoyens honnêtes ne pourra revenir que si l’Etat français envoie des signaux de grande rigueur concernant les fraudeurs internationaux qui appauvrissent in fine les Français.

 

Le discours accusant les centres off-shore, les paradis fiscaux ou les pays voyous ne relèverait que de la démagogie si le Gouvernement français ne se mettait pas rapidement en conformité avec la réglementation européenne concernant la lutte contre le blanchiment des capitaux.

 

 

BlanchimentArgent.jpg

Les commentaires sont fermés.