Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

27/11/2010

Festival international de cinéma d’animation de Baillargues

L’invité d’honneur du Festival du film d’animation de Baillargues 2010, Michel Ocelot, a accepté de nous parler du Festival et de se livrer.

 

Pour lui l’existence de ce type de festival est cruciale car c’est grâce à ces événements régionaux que les jeunes créateurs peuvent franchir une première étape dans le monde de l’animation.

 

Il est en effet, difficile pour un réalisateur « débutant » d’être promu par de grandes enseignes de diffusion.

 

Le Festival de Baillargues offre ainsi une visibilité et une approche primordiale avec le public puisque c’est souvent lui qui fait la notoriété d’un film.

 

InterviewBaillarguesLogoAssociatiion.jpg

 

Il faut savoir que c’est de cette manière que son premier long métrage, « Kirikou et la sorcière », a eu l’impact qu’on lui connaît aujourd’hui.

 

Histoire vraie, Michel Ocelot raconte : « Personne ne voulait de mon film Kirikou. Lorsque je l’ai présenté au Festival de Baillargues, Kirikou a tellement fait de bruit que finalement ce sont ces mêmes grandes enseignes qui m’ont proposé de me diffuser. Sans ce festival, je n’en serais peut être pas là aujourd’hui. »

 

Outre les films, cet événement propose des ateliers de qualité, animés par des professionnels comme Andréa Kiss, réalisatrice (« Le mulot menteur ») mais aussi illustratrice et plasticienne.

 

Des échanges directs, des dialogues avec de grands professionnels comme Serge Avédikian.

 

C’était le deuxième invité d’honneur, avec Michel Ocelot, de l’édition 2010 : son dernier court-métrage, « Chienne d’histoire », a remporté la Palme d’Or du meilleur court-métrage à Cannes.

 

Ainsi, le spectateur peut entrer dans le monde de l’animation et mieux jauger le travail colossal de la réalisation.

 

Un travail rigoureux, c’est sûr.

 

Pour Michel Ocelot, l’animation est un véritable travail de fourmi.

 

InterviewBaillarguesRéduit.jpg

Michel Ocelot, réalisateur de Kirikou, à la place du spectateur

(Photographie : Fleur Dache)

 

 

Une de ses priorités, lorsqu’il réalise un nouveau film : « c’est l’importance du détail et sa véracité ».

 

Il est inenvisageable d’inventer des décors fantaisistes, tout d’abord parce que la majorité du public des films d’animation sont des enfants.

 

Les enfants étant capables d’emmagasiner beaucoup d’informations, il met un point d’honneur à leur donner des informations justes.

 

Egalement, pour faire découvrir la richesse d’un lieu, d’un pays, d’une époque, puisque l’animation n’est pas destinée qu’aux enfants : elle concerne aussi les adultes.

 

Michel Ocelot explique qu’effectivement cette catégorisation est bien dommage car elle part de l’influence des films de Walt Disney et a, peut être, contribué indirectement à ce positionnement tardif du film d’animation dans nos pays occidentaux, contrairement à l’Orient et plus précisément à l’Asie où celui-ci est presque une institution.

 

Néanmoins, ce passionné de l’image dessinée ne s’arrête pas là.

 

Avec humilité, il faut avouer que son travail a contribué activement à une réévaluation du film d’animation et posons-nous la question, combien de parents seront ravis d’emmener leurs enfants voir les futurs chef-d’œuvre de Michel Ocelot et de bien d’autres réalisateurs ?

 

Festival de Cinéma d'Animation ANIMaSUD Baillargues,

Montpellier et nomade (différentes communes du Gard et de l’Hérault)

49, rue des écoles - 34670 Baillargues

Tél : 04 67 87 33 05 - 06.71.75.15.04

http://www.festivalbaillargues.fr/

Commentaires

Merci de relayer ainsi le travail, en profondeur, du Festival de cinéma d'animation de Baillargues qui a fêté ses 25 ans.C'est la 3e fois que Michel Ocelot nous rend visite et nous consacre plusieurs jours, toujours avec autant de gentillesse. Plusieurs autres réalisateurs sont également venus pour cette édition: Serge Avedikian, Luc Vinciguerra, Bernard Palacios, Andrea Kiss, Bénédicte Galup, Marie Paccou ainsi que le graphiste Thomas Azuelos et le compositeur Christophe Herral...
La Ville de Montpellier a accepté de s'associer avec le Festival pour la 9e Fête mondiale de l'animation : "Ciné Concert cartoons",séance gratuite au Rabelais le mercredi 1er décembre à 16 h avec les musiciens Roberto Tricarri et Didier Toffolini.
Réservation,même si l'entrée est gratuite, sur http://festivalbaillargues.fr et 06 71 75 15 04
Cordialement
Maithé Stein

Écrit par : Maithé Stein | 25/11/2010

Il a été pris le parti de présenter le Festival international du cinéma d'animation de Baillargues au travers d'une figure célèbre : en l'ocurrence, celle de Michel Ocelot.
Cela ne doit pas en effet cacher l'action remarquable de l'équipe associative qui se bat, dans l'ombre, depuis des années, pour structurer cet événement, le faire croître et embellir.
C'est tout un travail d'éducation populaire, au service de l'ensemble de la population des alentours de Montpellier, qui est effectué.

Écrit par : Michel Chastaing | 25/11/2010

Les commentaires sont fermés.