Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/06/2011

16ème Festival des Fanfares à Montpellier et à Clapiers

L’association « Arc-en-ciel des faubourgs » vient de réussir, le 18 juin 2011, son 16ème Festival des Fanfares : une fiesta géante attirant plusieurs dizaines de milliers de personnes.

La fête est populaire, certes familiale, mais aussi de plus en plus jeune.

Les fanfares viennent se produire gratuitement de France bien sûr (Paris, Marseille, Bordeaux, Nantes, Grenoble, Vichy, Saint-Sever du Moustier, Nîmes, Vendémian, Montpellier) mais aussi d’Italie (Bologne), d’Allemagne ou encore d’Espagne (Santiago de Compostéla).

Les « fanfarons » sont attirés par l’ambiance qu’ils contribuent à créer et qu’ils aiment partager.

Les 120 bénévoles mobilisés, dont une vingtaine toute l’année, assurent la qualité de l’accueil, de l’hébergement, de la restauration et de la programmation.

C’est une aventure, chaque année renouvelée, de réussir cet événement, un des plus marquants à Montpellier qui transfigure ces quartiers déjà accueillants que sont les Beaux-Arts et Boutonnet.

Depuis quelques années, le Festival des Fanfares a en outre pris l’habitude d’occuper le Parc municipal Claude Leenhardt à Clapiers, pour une avant-première.

A la fraîcheur des frondaisons puis de la nuit, les groupes de visiteurs se forment autour des fanfares qui sortent leurs instruments après le repas.

Dans une douce cacophonie, chacun s’exerce pour le lendemain.

Ce « Off » permet au public de découvrir les nouveaux venus d’une part et les nouvelles interprétations des fanfares habituées de l’événement d’autre part.

Il s’agit notamment des « Kadors » et de « Bakchich », fanfares montpelliéraines qui sont co-organisatrices de la manifestation.

L’association de quartier « Bout’Entrain », l’association de quartier Beaux-Arts / Pierre Rouge et « Focus Project » prennent, de concert, aussi part à l’organisation du Festival des Fanfares.

Si cet événement est « une réjouissance sonore et visuelle » pour le public, c’est parce que toutes les musiques du monde sont interprétées, sans oublier les grands standards.

Les musiciens sont aussi comédiens et leurs accoutrements valent le détour.

Les accessoires vestimentaires sont nombreux, les habits colorés, des mises en scènes développées et l’espace urbain apprivoisé.

Les clins d’œil sont légion.

Pour cette édition 2011, bien entendu : « 18 juin : L’Appel des Fanfares », clin d’oeil à celui, plus solennel, du Général de Gaulle à Londres.

Humour, dérision, ambiance décalée, joie de vivre et de partager, plaisir d’être ensemble, sont manifestes.

Le succès populaire est croissant d’année en année.

Sur un budget de l’ordre de 55.000 €, 60 % sont couverts par le bénéfice des buvettes, c’est dire si l’affluence est grande et si la musique fanfaronne exacerbe la soif, en ces mois de juin souvent « lourds » et chauds !

Quant aux fanfares, elles sont en phase avec l’esprit de la manifestation.

Il n’est que de voir les noms qu’elles ont choisis, plus désopilants ou plus énigmatiques les uns que les autres : « Fiéra Bras », « Les Gratkipoils », « La Grasse Bande », « Lalyre.com », « Les 38 tonnes », « Touzdec », « Attila et les Huns, II, III, IV !», « Banda Roncali », sûrement le seul nom tant soit peu classique, « Bérézina », « The Louisiana Funky Butts Brass Band », « A Magnifique Bande Dos Homes », « Irkargh Debozarts », « La Collectore », « Les Carreleurs Américains », « Manguidem Taftaf ».

On ne s’ennuie pas au Festival des Fanfares et c’est pour ça qu’on y revient !

IMG_2306.JPG

Le "Off" a débuté à Clapiers dès le vendredi 17 juin 2011, au soir

IMG_2334.JPG

Les cuivres au repos pendant que leurs propriétaires se restaurent 

IMG_2346.JPG

Le grand soir pour les bénévoles organisateurs 

IMG_2372.JPG

 L'assistance attroupée devant une fanfare

IMG_2401.JPG

"Les Irkarghs" en action 

IMG_2415.JPG

L'équipe de bénévoles profite d'un instant calme bien mérité

Crédit photographique : Michel Chastaing

25/06/2011

Primaires citoyennes du Parti Socialiste : mode d’emploi

Le Parti Socialiste innove cette année en organisant des Primaires citoyennes pour désigner, les dimanches 9 et 16 octobre 2011, son candidat à l’élection présidentielle.

Les militants socialistes ont approuvé le choix des Primaires lors de la Convention nationale sur la rénovation du Parti Socialiste le 3 juillet 2010.

Le taux d’approbation a été de 76 %, certains militants socialistes ne souhaitant cependant pas se dessaisir de leur pouvoir de désignation.

Le souvenir de Ségolène Royal, plébiscitée par la population comme par les sympathisants et moins par les militants, était encore en mémoire de certains.

C’étaient précédemment les 130.000 adhérents du Parti Socialiste qui se chargeaient de désigner leur candidat, souvent d’ailleurs le Premier Secrétaire National.

Dans l’Hérault, cela concerne 4.290 militants, soit 3 % du corps électoral alors que la démographie héraultaise ne pèse que 1,5 % sur la France entière !

Par le jeu des absences le jour du scrutin ou de l’abstention (le vote étant au PS personnel et procuration ou vote par correspondance étant proscrits), ce sont à peine 100.000 Français, certes militants, qui décidaient pour les millions d’électeurs de Gauche.

En octobre 2011, les Français devraient être près de 3 millions à venir désigner le candidat du Parti Socialiste qui sera en réalité porteur des espoirs de toute la Gauche.

D’ailleurs, d’autres partis politiques devraient soutenir ce candidat pour la Présidentielle, dès le premier tour.

L’élection présidentielle est l’élection reine : c’est la seule où l’abstention est résiduelle (par exemple en 2007 à Clapiers, même si c’était le record de citoyenneté des communes de plus de 3.500 habitants et donc difficilement généralisable, 96 % des 3.500 électeurs se sont prononcés soit au premier, soit au second tour et 92 % à chacun d’eux).

L’engouement pour les Primaires socialistes est très fort chez le peuple de Gauche.

 

Echaudés par l’exclusion de Lionel Jospin du second tour le 21 avril 2002, les électeurs se partageront à Gauche très majoritairement entre le pôle écologique et le pôle socialiste : c’est l’expression du vote utile.

 

Cette bipolarisation à Gauche sera accompagnée d’une tripolarisation à Droite avec un vote Centre / UMP / Front National.

Cette ventilation du vote à Droite va forcément pénaliser le Chef de l’Etat sortant.

Certains évoquent « l’inconstitutionnalité » d’une telle consultation : comme par hasard, ceux qui la craignent en terme de dynamique socialiste ou de Gauche ou encore en terme d’une désignation différente de celle qui serait issue d’un vote interne au Parti Socialiste.

C’est oublier un peu vite que la liberté, notamment celle d’expression, valeur fondamentale mise en exergue par notre Révolution de 1789, prime.

En outre, la Constitution ne peut être opposée qu’aux lois, décrets et circulaires votés ou édictés respectivement par le législatif et l’exécutif de notre République.

Seule la récente directive du Ministère de l’Intérieur, cadrant l’aide que peuvent apporter les communes, est peut-être attaquable sur ce point, ce qui n’a comme par hasard pas été le cas à ce jour.

La liberté de s’associer, notamment en partis politiques, existe et la puissance publique ne peut s’opposer qu’à ce qui est illégal ou troublerait l’ordre public.

 

Ce n’est manifestement pas le cas puisque aucun texte ne s’y oppose d’une part et que, d’autre part, ces Primaires soulèvent la sympathie et l’enthousiasme des Français.

 

Quelles seront les modalités pratiques de ces Primaires socialistes ?


Le scrutin de ces Primaires doit être empreint d’un grand respect de la démocratie : il doit être exemplaire et transparent.

De ce fait, ce sont les listes électorales officielles locales qui serviront de socle électoral.

Les règles présidant à un scrutin républicain classique seront de mises : bulletins en nombre suffisant, enveloppes, isoloirs, production de sa carte d’électeur et d’une pièce d’identité, urne en plexiglas à double serrure, présence d’assesseurs de sensibilités variées à Gauche et de délégués des candidats, dépouillement public, publication des résultats et consolidation au niveau départemental (une Commission départementale de recensement des votes existe) puis national (transmission des résultats de chaque bureau de vote par SMS sécurisé ou Audiotel).

Une charte sera affichée à l’entrée du bureau de vote et l’émargement vaudra acceptation.

Qui pourra voter ?

Non seulement tous les citoyens inscrits sur la ou les listes électorales des bureaux de vote républicains concernés mais aussi tous les mineurs qui auront 18 ans avant l’élection présidentielle de 2012 et les mineurs de plus de 16 ans au jour du scrutin des Primaires appartenant au Mouvement des Jeunes Socialistes.

Attention pour ces jeunes citoyens : afin de les intégrer dans les litses électorales - qui seront ensuite intangibles - il est nécessaire de s'incrire sur le site lesprimairescitoyennes.fr avant le 13 juillet 2011.

D'autre part, le vote par procuration ne sera pas autorisé.

Où pourra t’on voter ?

Le principe est de créer un maillage territorial de proximité sans qu’il y ait autant de bureaux de vote que pour les scrutins républicains (plus de 50.000 !).

L’idée est d’avoir un bureau de vote pour 2.000 électeurs de Gauche et au moins un bureau de vote par canton, en milieu rural.

 

Ségolène Royal a obtenu en 2007 environ 9,5 millions de suffrages au premier tour et presque 17 millions au second.

 

Dans l’Hérault, il est prévu environ 200 bureaux de vote (à comparer au nombre de 343 communes).

 

Le scrutin sera organisé sous l’autorité du Secrétaire de la Section du Parti socialiste local, personnalité légitime et ancrée localement.

 

Une anomalie dans un bureau de vote entacherait l’ensemble du scrutin national, d’où la grande vigilance des élus du Parti à veiller à un parfait déroulement du scrutin.

 

Ces Primaires citoyennes sont ouvertes à tous les citoyens adhérents aux valeurs de Gauche.

 

Afin de l’attester, chaque participant au scrutin signera un engagement écrit à les soutenir.

 

En outre, une participation symbolique minimale de 1 € sera demandée afin de couvrir les frais d’organisation des deux scrutins.

 

A n’en pas douter, les sections du Parti Socialiste se feront un point d’honneur de favoriser une ambiance festive avec un accueil de qualité et une mise à disposition de boissons comme de documentation militante.

 

Quels seront les candidats ?

 

Les candidatures aux Primaires citoyennes doivent être déposées avant le 13 juillet 2011.

 

François Hollande, Ségolène Royal, Manuel Valls, Arnaud Montebourg, candidats déclarés et Martine Aubry vraisemblablement, s’affronteront lors du premier tour.

 

Et après les Primaires citoyennes ?

 

Il est clair que sitôt les Primaires closes, la campagne électorale pour la Présidentielle sera lancée à Gauche.

 

La candidature du candidat investi aux Primaires, fort de sa large légitimité, sera portée par un large rassemblement  populaire.

 

Jamais un candidat socialiste n’aura bénéficié d’un tel élan démocratique et militant.

 

Pour que les Primaires soient réussies, il faudra cependant que certaines conditions soient réunies :

-         une campagne de chaque candidat respectueuse des autres candidats en lice,

-         une campagne qui éclaire suffisamment les électeurs potentiels des choix de société proposés, sur la façon de gouverner envisagée, sur la capacité à gouverner du candidat,

-         une campagne qui ne dévoile pas un programme présidentiel ce qui rendrait creuse la vraie campagne pour la Présidentielle,

-         bannir des alliances contre nature entre les deux tours,

-         un déroulement parfait du scrutin, en terme d’organisation,

-         des scores pas trop rapprochés au second tour pour écarter tout doute, éviter toute contestation et asseoir la légitimité du lauréat.

 

Plus généralement, quelles vont être les conséquences de cette innovation sur la vie politique française ?

 

Si le mouvement populaire qui se dessine se confirme, il est clair que les chances de la Gauche de gagner l’Elysée s’en trouveront décuplées.

 

Evidemment, les Législatives seront alors, compte tenu du scrutin majoritaire, une victoire pour la Gauche, avec l’effet d’entraînement qu’on connaît maintenant bien.

 

En outre, la reconduction du système dans 5 ans, alors ancré dans les mentalités des Français et intégré dans les stratégies des partis et hommes politiques conduira à une bipolarisation plus forte du paysage politique français et de l’élection présidentielle.

 

En effet, les Primaires désigneront LE candidat de la Gauche face au candidat de la Droite républicaine.

 

Seul un candidat du Front national pourrait incarner une troisième voie, quoique inéluctablement sans issue au second tour, à supposer toutefois que ce parti arrive à se démarquer suffisamment de la Droite républicaine dans les années à venir.

 

Il faudra donc veiller à instituer une dose de proportionnelle aux élections législatives afin de permettre une légitime représentation de toutes les sensibilités politiques.

Finalement, les Primaires citoyennes sont certes un laboratoire d’une démocratie élargie mais aussi une piste de refondation de la Gauche, avec un rapprochement progressif de certains de ses composantes.

primaires,présidentielle,parti socialiste,hérault,fédération,sections,vote démocratique

primaires,présidentielle,parti socialiste,hérault,fédération,sections,vote démocratique

primaires,présidentielle,parti socialiste,hérault,fédération,sections,vote démocratique

primaires,présidentielle,parti socialiste,hérault,fédération,sections,vote démocratique

primaires,présidentielle,parti socialiste,hérault,fédération,sections,vote démocratique

15/06/2011

2ème Fête de la Pierre à Beaulieu

Beaulieu fête, le dimanche 12 juin 2011, la 2ème Fête de la Pierre, de 9 h 30 à 18 h.

Cette manifestation s'inscrit dans le cycle d'événements liés au patrimoine et à l'agriculture soutenu par la Communauté d'Agglomération de Montpellier : Fête de l'Olive à Pignan, Fête du Taureau à Baillargues, Festival de la Tomate à Clapiers, Fête de la Vigne à Montpellier et Fête de la Truffe à Saint-Geniès des Mourgues.

Cette Fête de la Pierre (voir programme en fin de note) met à l'honneur :

- la géologie,

- les carrières et les carriers locaux, en l'occurrence Proroch et Farrusseng,

- les tailleurs de pierre, leurs outils et leur travail,

- la pierre en tant qu'éco-matériau,

- la pierre dans l'architecture.

Le cadre de l'événement, le Centre du Village de Beaulieu, est lui-même un témoignage de l'utilisation de la pierre, en grand ou petit appareil comme disaient les Romains, ou en construction en pierre massive comme on dit aujourd'hui.

Les déchets de l'extraction et du sciage servaient, quant à eux, sous forme de recoupe, pour les sols en rez-de-chaussée, les cours d'habitation et les chaussées de chemin.

Cette manifestation de grande ampleur est symptomatique de la reconstitution progressive d'une « Filière Pierre » en Languedoc-Roussillon.

L’exemple de la relance de la construction en pierre sèche est, par exemple, intéressante.

Alors que le savoir-faire avait quasiment disparu il y a 40 ans, des associations se sont mises en tête de relever ces murs de pierres sèches qui façonnent si fort nos paysages.

Des artisans se sont passionnés pour l’œuvre à accomplir et en ont fait leur métier.

Une nouvelle filière, en pleine croissance, s’est créée, essentiellement dans le Vaucluse, le Gard et la Lozère et s’organise sous l’égide du groupement des artisans bâtisseurs en pierre sèche (ABPS).

Plus globalement, la résurrection de la « Filière Pierre » a été initiée par une poignée de passionnés : elle est soutenue par la Région Languedoc-Roussillon, notamment via la marque collective Sud de France.

En effet, si la pierre est restée le principal matériau de construction jusque dans les années 60, l'industrialisation de produits à base de ciment a complètement marginalisé ce matériau naturel.

Jean-Noël Farrusseng, un Saint-Géniérois, exploitant de carrière et Président du « Collège Pierre Languedoc-Roussillon », ainsi que Yanick Lasica, consultant socio-économique et cofondateur du Conservatoire national des pierres et des marbres (CNPM) sont notamment deux acteurs que l'ont peut citer du fait de leurs articles parus dans la revue professionnelle « Carrières et matériaux » (Hors Série n° 163 d'octobre 2009).

Ce conservatoire unit les efforts « des chercheurs d'archives et de laboratoire avec les chercheurs de terrain et les hommes de l'art », pour recenser ce riche patrimoine national constitué par les carrières et par les métiers du marbre et de la pierre.

Grâce à de nouveaux jeunes entrepreneurs et grâce à des architectes avant-gardistes, tel Gilles Perraudin, la « Filière Pierre » se relève depuis une dizaine d'années.

Elle comptait en 2007 : 66 entreprises d'extraction et de transformation de pierres de construction et de roches ornementales, 313 salariés (soit 1.000 à 1.200 salariés concernés en comptant la partie aval de la filière : metteurs en marché, artisans, sculpteurs, artistes, architectes, etc.) et un CA de 35,3 millions d'€.

L'extrême richesse géologique de la région Languedoc-Roussillon offre des gisements minéraux très variés.

Notre région est ainsi la première région productrice de pierres de taille et de marbres, devant la Bourgogne et la Franche-Comté.

L'éventail est large :

- pierres calcaires dites demi-fermes, extraites par sciage sous forme de bloc de 6 tonnes, essentiellement extraites dans le Gard et l'Hérault (la fameuse « Pierrre de Castries » ou encore « Pierre de Beaulieu »),

- calcaires durs du Sud du Massif Central mis en oeuvre sous forme de dallage, mobilier urbain, décoration, voirie et espaces verts mais aussi sous forme de lauze de couverture,

- marbres de l'Hérault aux veines bariolées, aux teintes chatoyantes, présents dans d'illustres monuments du Monde entier,

- schistes, micaschistes, gneiss et quartzites utilisés sous forme de lauze, dallage, pierre à bâtir,et d'ardoise,

- grès, ayant notamment servis à édifier, puis à rénover, la Cité de Carcassonne.

Une association, créée en 1996, appelée Pierres du Sud, s'est créée sous l'égide de l'UNICEM (Union nationale des industries des carrières et des matériaux de construction), des conseils régionaux et des DREAL (Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement) PACA et Languedoc-Roussillon.

Cette association interprofessionnelle s'intéresse à la filière des pierres calcaires tendres et semi-dures.

Se pose la question d'une meilleure connaissance technique des roches exploitées pour satisfaire le renforcement de la normalisation des matériaux ou encore de leur résistance au gel.

Un « Guide de la construction en pierre massive », rédigé par l'architecte Pierre Laurent, magnifique et incontournable, constitue un ouvrage de référence pour les techniques de l'art de bâtir, précieux pour aider à la reconstitution des savoir-faire.

Si la pierre a le vent en poupe en Languedoc-Roussillon, cette renaissance de l’exploitation locale se heurte cependant à l’absence de scieur de blocs bruts de marbres ou de calcaires durs.

Les blocs extraits sont en effet principalement exportés vers l’Espagne, l’Italie ou des régions françaises comme la Bourgogne et Midi-Pyrénées.

Ce chaînon manquant, nécessaire en terme de première transformation pour obtenir des tranches ou des produits ouvragés, fait l’objet d’un projet de création d’une unité de sciage à implanter à proximité du Port de Sète.

Le sciage est indispensable pour garder la valeur ajoutée localement, pour être compétitif, exporter, améliorer le bilan-carbone en profitant notamment de la plate-forme logistique multimodale (mer-rail-route, gestion de containers, etc.) de Sète.

D'autre part, « Le Grenelle de l'environnement pourrait amplifier le mouvement observé au niveau de la pierre massive et plus généralement le retour de la pierre dans la construction. »

C'est en effet un matériau naturel, sain, nécessitant peu d'énergie pour son extraction et sa transformation.

Son bilan-carbone est d'autant plus positif que la pierre est utilisée à proximité ou réemployée.

Si la pierre, symbole de durabilité et de pérennité, était malheureusement jusqu’à peu souvent considérée comme un matériau inaccessible, le changement de mentalité et d'approche actuelles augure d'un retour à la construction en pierre massive avec un montée du savoir-faire pour tous ceux qui mettent en œuvre ce matériau.

Venez nombreux à Beaulieu redécouvrir les métiers de la pierre et ses nouvelles utilisations !

La pierre : tout simplement « un matériau de toujours, d'hier, d'aujourd'hui et de demain ! ».

fête de la pierre à beaulieu,pierre calcaire,pierre sèche,carrières,sciage,pierres du sud,pierre de castries,beaulieu,restinclières,saint-geniès des mourgues

 

 

 

fête de la pierre à beaulieu,pierre calcaire,pierre sèche,carrières,sciage,pierres du sud,pierre de castries,beaulieu,restinclières,saint-geniès des mourgues

Programme de la 2ème Fête de la Pierre

Tailleurs de pierre au travail

(en collaboration avec le Conservatoire National des Pierres et Marbres)

Serge Rovini, Claude Bezombes, Maryse Labattu, Marielle Dormoy, Edouard Labèque, Elke Montréal (réalisation sur place d'une sculpture monumentale en marbre)

Exposants sur le thème de la pierre, éco-matériau local de la construction durable

Les carriers Farrusseng et Proroch

Marbres de France

La carrière de pierre à chaux d'Augmontel (Tarn)

Initiation à la taille de pierre pour enfants

Expositions sur les thèmes « Géologie », « Patrimoine » et « Construction contemporaine »

Exposition-démonstration autour des outils du passé

Lithothèque présentant la pierre du Languedoc-Roussillon (carrières en activité)

« La Pierre en films » avec une programmation de films sur les métiers, l'architecture, le patrimoine des pierres du Languedoc-Roussillon et d'ailleurs

Conférences

10 heures : « La Pierre de Beaulieu et ses cousines, ou les calcaires coquilliers miocènes utilisés dans le Languedoc-Roussillon »

15 heures : « La pierre éco-matériau du bâti sain et de l'architecture durable »

Découverte des carrières de Beaulieu (anciennes et en activité)

10 h et 15 h 30 : 2 circuits commentés avec départ en calèches

9 h 30 : « Le charroi des blocs à l'ancienne »

Possibilité de restauration sur place

07/06/2011

Chorale des villes, chorale des champs

Le chant en chorale est fortement développé autour de Montpellier.

Il offre le plaisir de s’exercer ensemble et de se produire en groupe, pour les grandes occasions, devant un public d’amateurs.

Cet aboutissement des répétitions annuelles s’est soldé à Clapiers, le samedi 21 mai 2011, par un concert de qualité.

Fait moins habituel, ce sont deux chorales qui se sont produites : celle d’un village rural, Saint-Geniès des Mourgues et celle d’un village péri-urbain, Clapiers.

Ce rapprochement et cette amitié ont donné un spectacle haut en couleurs, de sonorités et de timbres variés.

En effet, la chorale « Clarpège » de Clapiers, dirigée par Nathalie Fresson, est constituée exclusivement de femmes.

Ce groupe a présenté des morceaux très difficiles à interpréter tirés d’un répertoire plutôt contemporain (avec Georges Brassens, Aragon, Jean Ferrat, Robert Desnos, Françoise Mallet-Joris mais aussi issus des chants traditionnels des Balkans).

La chorale « Mosaïque » de Saint-Geniès des Mourgues, dirigée par Susanne Wüstendörfer, ne manque pas de basses avec une mixité importante ce qui permet des chants extrêmement mélodieux.

Le chœur de l’église Saint-Antoine de Clapiers se prêtait bien aux résonances de ces voix accordées.

A la fin de leur récital respectif, les deux chorales ont unies leur force pour chanter « Canon de la paix » (d’après un texte de Romain Rolland, 1866-1944 et une musique de François Terral décédé en 2003) et « Viva tutte le vezzoze » (Felice di Giardini, 1716-1796).

A l’issue de ce magnifique spectacle, dénommé sobrement « Deux chorales en concert », un buffet tardif a réuni les participants : l’occasion de mieux se connaître et d’échanger entre habitants de la plus ou moins proche périphérie montpelliéraine.

chorale,chant,périphérie montpelliéraine,clapiers,saint-geniès des mourgues,église saint-antoine,deux chorales en concert

"Clarpège", la Chorale de Clapiers, dans le choeur de l'église Saint-Antoine 

chorale,chant,périphérie montpelliéraine,clapiers,saint-geniès des mourgues,église saint-antoine,deux chorales en concert

"Mosaïque", la chorale de Saint-Geniès des Mourgues

03/06/2011

Festival Vérévin à Campagne : 10 ans déjà !

Il y a dix ans, le village de Campagne décida de réagir à la crise viticole et de redorer le blason des vins du Languedoc-Roussillon.

Comment faire pour revaloriser notre patrimoine viticole ?

La solution trouvée fut simple et des plus agréables : proposer une journée avec des activités et des dégustations dans le village.

C’est le concept Vèrévin qui parle de lui-même : une déambulation culturelle et festive d’un caveau à l’autre.

Cette année, pour les dix ans de la manifestation, le village de Campagne nous a invité pour un nouveau parcours au travers du vignoble.

Armés de nos baskets, nous avons déambulé dans les vignes, tout en écoutant les explications sur les différents cépages, sur la manière d’entretenir et de développer la vigne.

C’est sous les arbres ou sous le soleil que l’on déguste le rouge, le blanc et le rosé façonnés par les vignerons de la coopérative.

Mais pas seulement car, à Campagne, les participants sont bichonnés : les vins sont ainsi accompagnés de hors d’œuvres, d’eau si nécessaire et de jus de fruit pour les enfants.

Cependant, qu’est-ce qui fait que ce festival fonctionne si bien, dans ce si petit village des garrigues languedociennes ?

L’amour de la terre, une histoire commune et profonde autour de la vigne !

Mais aussi une ouverture d’esprit et de modernisme qui accueille sans a priori les nouveaux arrivants et les nouveaux viticulteurs qui souhaitent s’installer dans ce village où il fait bon vivre.

Vive Campagne et vive Vèrévin !

« A l’an que vén » pour la 11ème édition programmée traditionnellement début mai.

Pour participer, on y vient de loin et on réserve longtemps en avance.

 

festival vérévin,campagne,viticulture de qualité,réencépagement,coopérative,dégustation,rouge,rosé,blanc

Les organisateurs bénévoles de Vèrévin

 Cliquez sur la photo pour accéder à l'album souvenir

Crédit photographique : Fleur Dache