Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

30/12/2012

Clapiers honoré par la revue nationale des Communes forestières

La revue officielle de la Fédération nationale des communes forestières (FNCOFOR) a mis en exergue, en novembre 2012, la politique menée dans l'Hérault et notamment à Clapiers, par ses représentants locaux.

Michel Chastaing, Maire-adjoint de la Commune de Clapiers et Trésorier des niveaux départementaux et régionaux, y explique son attachement à la forêt méditerranéenne.

Politique d'acquisition foncière, coopération avec l'Office National des Forêts pour améliorer les peuplements, protection contre les incendies avec la mise en place des obligations légales de débroussaillement, mobilisation de nombreux bénévoles dans le cadre du Comité Communal Feux de Forêts, ouverture maîtrisée au public, ...

En signant la "Charte régionale du bois-construction" lors du salon Energaïa de 2009, Michel Chastaing a ouvert la porte aux édifices publics en bois sur Clapiers : cuisine au Parc municipal Claude Leenhardt, chaufferie-bois et silo à granulés à l'école élémentaire Victor Hugo - site du Calvaire.

Les dernières constructions municipales ont ainsi mis en œuvre un bardage bois, dit "Red Cedar", sans traitement.

Un projet de toilettes publiques, au Parc municipal, devrait faire appel à la même technique.

Francis Cros, Conseiller général du Canton de la Salvetat sur Agout, Président de la COFOR 34 et de la COFOR LR, est de son côté mis à l'honneur pour avoir fait avancer le dossier de la plate-forme de tri des bois feuillus du Somail et le bois-énergie dans toute la région Languedoc-Roussillon.

Francis Cros siège au Conseil d'Administration de la FNCOFOR où il fait valoir les spécificités de la forêt méditerranéenne.

Passant aux "travaux pratiques", la Commune de Clapiers, sur l'impulsion de son Adjoint aux Travaux, aux Services techniques et aux Energies nouvelles, aidée des conseils d'Hérault Energie puis de l'Agence Locale de l'Energie de Montpellier, met en service pour le tout début janvier une chaufferie-bois à l'école évoquée plus haut (1.200 m² rénovés au standard Effinergie, promu par la Région Languedoc-Roussillon et plus strict que le label national BBC).

Deux points faibles subsistent toutefois en matière de politique forestière au nord de Montpellier :

- l'absence de charte forestière de territoire qui pourrait notamment conduire à la réalisation de pare-feux (protection des habitations) ou encore au rapprochement de l'offre et de la demande en bois-bûche, plaquettes forestières et granulés à base de sciure,

- l'exploitation des pins d'Alep dépérissants ou arrivés à maturité afin de mobiliser du combustible et en enlever aux feux récurrents dans le secteur, tout en favorisant la réémergence du couvert autochtone de Chênes-verts.

CommunesForestièresN2Bis.jpg

Une de la revue de la FNCOFOR

CommunesForestièresN1Bis copie.jpg

Article de Michel Chastaing, Maire-adjoint à Clapiers

CommunesForestièresN3001Bis.jpg

Réunion Languedoc-Roussillon ONF - communes forestières

 

Sources : Revue Communes forestières - n° 57 - Novembre 2012 

Commentaires

Bonjour,

Le "bois énergie", s'il représente une ressource durable est une véritable saleté pour les humains.

Responsable d'autant de rejet de particules fines que nos diesels, il va sûrement dépasser largement ce cap vu l'engouement qu'il suscite par son prix.

En plus, si une cigarette qui brûle rejette près de 300 composés chimiques dont certains très dangereux, je ne vois pas pourquoi le bois en serrait exempt. Pour preuve l'odeur.

Il suffit de voir un soir d'hiver sans vent, le nuage de pollution qui enveloppe nos villages ou banlieues pavillonnaires dortoirs sortant des cheminées pour se rendre compte que ce moyen de chauffage est éminemment dangereux.

Mais les écolos l'encensent, alors respirez, y a rien à voir...

Écrit par : Bois | 29/12/2012

Concernant le rejet de particules et de composés volatils généré par la combustion du bois, il faut faire la différence entre foyers ouverts (faible rendement énergétique et émanations mal contrôlées) et foyers fermés.
Notamment les nouvelles chaudières qui alimentent un chauffage central respectent des normes très strictes.
Leur rendement est excellent.
Elles produisent très peu de cendres et de particules, tant la combustion est optimale.
L'alimentation en bois-bûche oblige à ouvrir et à fermer la porte du foyer.
Ce n'est plus le cas avec le bois combustible sous forme de granulés ou de plaquettes forestières.
La chaufferie-bois qui dessert les facultés de Montpellier et d'ici peu de temps le CNRS voisin est une véritable "Rolls", avec des rejets dans l'air extrêmement limités.
Il faut certes être vigilants sur ce point des rejets mais les machines actuelles ne sont absolument plus comparables aux anciennes générations.
Le bois-énergie est un enjeu économique extrêmement important pour notre région où le bois disponible (hors bois d'oeuvre et bois pour les papeteries), mobilisable sans nouvelles pistes forestières, suffirait à chauffer toutes les habitations, du moment qu'elles seraient rénovées sur le plan thermique au standard Bâtiment Basse Consommation !

Écrit par : Michel Chastaing | 29/12/2012

Les commentaires sont fermés.