Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

07/09/2014

Championnat du Monde de Bike Polo à Montpellier

Montpellier a accueilli du mercredi 27 au samedi 30 août les Championnats du Monde de Bike Polo, sur les plateaux sportifs en béton du Lycée Pierre Mendès-France, adjacents au Gymnase Spinosi.

C’était une consécration précoce au travail de pionniers lancé par une équipe de jeunes montpelliérains.

Créée en 2011 par quelques fondateurs, Enzo Flourès, Benjamin Hamon et Mathieu Chastaing, son premier président, « Montpellier Bike Polo » est maintenant dirigée par Benjamin Morceau (Cf. « Groupe de Montpellier de Bike Polo»).

Ce dernier n’a pas ménagé sa peine pour organiser l’événement avec les frères Romain et Julien Thouin et d’autres joueurs ou amis.

Un 1er tournoi de qualification a rassemblé le premier jour 32 équipes (qui jouent la « wild card ») dont sont sortis 18 qualifiés qui ont rejoint les équipes 46 sélectionnées d’office du fait de leurs classements dans les différents championnats continentaux (principalement Europe et Amérique du Nord mais aussi Asie et Pacifique).

64 équipes se sont affrontées, ensuite sur deux jours, sur 4 terrains aux dimensions d’un terrain de hand-ball ou de hockey (40 x 20 m) afin d’accéder à la phase finale.

Cette dernière s’est tenue le samedi pour départagées 28 équipes qualifiées.

Globalement, 300 participants environ se sont disputés le titre : Français bien sûr, Américains, Australiens, Suisses, Espagnols, Anglais, etc.

Le principe de classement dans ces tournoi est appelé « Swiss Round ».

Des équipes mixtes ou composées que de filles se sont alignées à l’occasion de cette compétition.

Les rencontres se disputent avec 3 joueurs. Elles se gagnent avec 5 buts ou au score à la fin de 10 minutes de jeu. En cas d’égalité à la fin de ce temps maximal réglementaire, le but en or départage les concurrents.

Chaque match gagné rapproche du titre.

Il s’agit en effet d’un « Tournoi à double élimination ».

Les gagnants restent dans le groupe dit du « Winner Bracket ». Tout perdant rejoint le groupe dit du « Loser Bracket ». Dans ce dernier, une défaite est éliminatoire. Les deux équipes ayant éliminé toutes les autres dans chacun de ces deux groupes se rencontrent en finale.

Le titre revient à l’équipe première du « Winner Bracket » si elle gagne ce match. En revanche, l’équipe première du « Loser Bracket » doit gagner pour être sacrée une première puis une deuxième partie.

Le vainqueur final  n’aura donc perdu au maximum qu’un seul match.

Après un premier tour tiré au sort, les équipes ayant respectivement gagné et perdu se rencontrent, en tenant compte du goal average de leur précédente rencontre.

L’équipe lauréate, constitués de Français habitant la Région parisienne, s’appelle « Call me Daddy ».

Ils ont pris le dessus sur l’équipe des « Beavers », des américains de Californie qui détenaient le titre.

Ce sont des coursiers à vélo américains qui ont inventé le Bike Polo : ils se rejoignaient le soir sur des terrains de basket et utilisaient au début un pignon fixe dont leur vélo était équipé.

Le sport est devenu à la mode ces dernières années et s’est structuré.

Il existe maintenant un Comité français de Bike Polo (pas de statut de fédération) qui gère les règles de jeu et les tournois.

A l’étranger, il existe notamment deux Ligues Ouest et Est aux USA où ce sport s’est codifié.

C’est un sport urbain, « de matériel », avec fréquemment de la casse :

-          vélo à géométrie compacte et à centre de gravité bas,

-          cadres de piste très rigides,

-          pas de dérailleur,

-          pédales automatiques,

-          freins à disques généralement à l’avant,

-          roues de 700 mm de diamètre ou de 26 pouces, à 48 rayons,

-          jantes renforcées en double ou triple parois,

-          cache ou grillage sur les roues pour éviter que la balle ne passe entre les rayons.

Les joueurs utilisent un maillet (tige aluminium et embout en tube plastique) pour diriger ou frapper une balle plastique ronde et creuse d’un diamètre de 8 centimètres environ.

Un arbitre central, secondé par deux référents chargés de surveiller si la balle entre dans les cages de la taille de celles du hockey, veille au respect des règles.

Il y a culturellement peu de contestations car les parties sont souvent auto arbitrées.

Les contacts autorisés sont les suivant : vélo contre vélo, épaule contre épaule, maillet contre maillet.

Si on met le pied à terre, on doit revenir frapper avec son maillet un côté du terrain sur la ligne médiane pour se remettre en jeu.

Des exclusions temporaires sont possibles.

Des grandes tactiques de jeu existent avec jusqu’à 3 joueurs dans le champ (on met la pression sur l’adversaire au risque d’une interception, d’un contre, d’un tir de loin) ou, à l’opposé deux postés devant les cages (le vélo, le compétiteur et son maillet font obstacles au but).

Les « blocages » consistent à interdire, en vis-à-vis, le déplacement d’un adversaire.

Les fondements de ce sport : les techniques de surplace, de pivot sur une roue, l’équilibre, la vélocité, l’adresse dans les tirs et les passes,  les capacités d’accélération, la qualité du maniement de la balle poussée, soulevée ou frappée et enfin la stratégie d’équipe.

C’est un sport assez dur sur le plan des traumatismes d’où des protections obligatoires : genouillères / casque de vélo classique ou de hockey.

Sport jeune, sport urbain, sport ludique, sport d’amis, sport festif, sport éthique : voilà qui résume bien le Bike Polo.

L’accolade de fin de partie est un des signes de l’excellent état d’esprit qui prévaut.

Tout un chacun est à la fois dirigeant, joueur, voire organisateur (hébergement des arbitres et de certains compétiteurs par exemple).

Le travail de l’équipe organisatrice a été apprécié, autant que le soleil et la chaleur montpelliéraine.

L’organisation a été locale, décentralisée, avec le renfort de volontaires étrangers le jour J.

La crème solaire et l’utilisation de parasols comme écran n’ont pas toujours suffi à préserver les peaux septentrionales.

Le tournoi a reçu l’appui de la Mairie et de l’Agglomération de Montpellier, notamment pour le prêt des terrains de sport et la fabrication des protections latérales des cours.

En effet, Montpellier possède seulement un terrain d’entraînement et n’est pas équipé d’installations fixes dédiées au Bike Polo parfaitement adaptées aux exigences de ce sport.

Les rencontres ont été filmées et diffusées en continu sur Internet : 300 internautes disséminés dans le Monde ont ainsi pu assister à la finale.

L’aspect festif de ce Championnat du Monde était frappant, tant sur les terrains que dans l’enceinte de la manifestation.

Les organisateurs avaient prévus des food trucks pour la restauration, un stand de réparation des vélos et la présence d’une équipe de la Fédération Française de Sauvetage et de Secourisme.

Signe de l’engouement pour le Bike Polo : des marques de fournisseurs avaient fait le déplacement.

L’Association « Montpellier Bike Polo » avait déjà organisé l’année dernière le Championnat de France au Gymnase de la Croix d’Argent.

Elle prévoit en direction des jeunes une Journée de découverte et d’initiation le dimanche 28 septembre 2014 au Parc Montcalm, à Montpellier.

bike polo,championnat du monde,montpellier

bike polo,championnat du monde,montpellier

bike polo,championnat du monde,montpellier

bike polo,championnat du monde,montpellier

bike polo,championnat du monde,montpellier

bike polo,championnat du monde,montpellier

bike polo,championnat du monde,montpellier

bike polo,championnat du monde,montpellier

bike polo,championnat du monde,montpellier

bike polo,championnat du monde,montpellier

bike polo,championnat du monde,montpellier

bike polo,championnat du monde,montpellier

bike polo,championnat du monde,montpellier

bike polo,championnat du monde,montpellier

bike polo,championnat du monde,montpellier

bike polo,championnat du monde,montpellier

bike polo,championnat du monde,montpellier

bike polo,championnat du monde,montpellier

bike polo,championnat du monde,montpellier

bike polo,championnat du monde,montpellier

bike polo,championnat du monde,montpellier

bike polo,championnat du monde,montpellier

bike polo,championnat du monde,montpellier

bike polo,championnat du monde,montpellier

Crédit photographique : Michel Chastaing

Les commentaires sont fermés.