Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/05/2014

Nouvelle Donne à Montpellier

Nouvelle Donne a réuni de très nombreux Montpelliérains et Héraultais jeudi soir 15 mai à la salle municipale Guillaume de Nogaret, proche du Peyrou.

L’assistance était très variée : syndicalistes, intellectuels, économistes, militants sociaux, acteurs économiques, chômeurs et précaires, acteurs associatifs, simples citoyens, …

 

Pierre Larrouturou, Président de Nouvelle Donne, Patrick Bauvillard, Co-Président, Cécile Monnier et Joseph Boussion, têtes de liste de la grande région Sud-Ouest (Aquitaine, Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon) sont intervenus pour présenter le programme de Nouvelle Donne aux toutes prochaines élections européennes de dimanche 25 mai.

 

Loin de l’effondrement idéologique et démocratique du Parti Socialiste, loin du bonapartisme de l’UMP, très loin du caporalisme du Front National, les vieux partis aux recettes éculées, Nouvelle Donne incarne la nouveauté, la fraîcheur en politique.

 

Forte volonté politique face aux forces de l’argent, forte ambition en matière sociale et démocratique pour l’Europe, focalisation forte sur l’éducation, l’emploi et le pouvoir d’achat, voilà ce qui caractérise Nouvelle Donne.

 

Ce nouveau parti, créé le 28 novembre 2013, s’est donné une charte pour fonctionner dans l’écoute des adhérents, dans la démocratie et dans la participation : les candidats aux européennes ont notamment été désignés par des groupes de militants tirés au sort et le débat est accessible à tous en ligne.

Les listes de Nouvelle Donne ressemblent à nos concitoyens.

Trois grands humanistes ont été cités par les intervenants.

Vaclav Havel, symbole de la liberté retrouvée en Europe centrale, acteur de la « Révolution de velours » en 1989 qui s’inquiétait dans une phrase elliptique et universelle : « Notre pays ne fleurit plus ».

D’où la volonté de tourner le dos au mensonge, de ne plus subir, d’inventer la politique qui va avec notre temps.

D’où la nécessité de redonner la parole aux forces vives de notre nation.

Pierre Mendès-France qui avait annoncé sa démission sous un mois à défaut de conclure la paix en Indochine où la France s’enlisait et venait de subir la terrible défaite de Dien Bien Phu et qui incarne une conception exigeante de la politique, altruiste et responsable devant nos concitoyens.

Stéphane Hessel, mondialement connu pour son manifeste « Indignez-vous », résistant, humaniste, lui aussi homme de gauche et européen convaincu, dont Nouvelle Donne est le fils spirituel.

Le Collectif « Roosevelt », fondé en 2012, notamment par Stéphane Hessel, Susan George (candidate aujourd’hui), Pierre Larrouturou, Edgar Morin, Michel Rocard, a largement inspiré les principales réformes économiques, financières, sociales et environnementales figurant au programme de Nouvelle Donne (la « traduction » du si fameux « New deal »).

Au-delà de ces références historiques et morales fortes, l’espoir mis dans de nouvelles pratiques politiques était palpable dans la nombreuse assemblée.

Trois adhérents sont venus témoigner des raisons de leur engagement.

Le premier a cité Jacques Julliard : « Si l’élection est l’honneur de la démocratie, la réélection est son fléau. »

Il a personnellement trouvé « l’endroit où il peut s’émanciper de la pensée unique ».

Il souhaite participer à un processus neuf ce qui nécessite d’être formé dans un cadre d’éducation populaire.

L’intervention de la seconde a été un grand moment d’émotion, avec une militante maintenant retraitée, fille d’émigrée, exilée et qui, initialement privée du droit de vote, « n’a pu que s’engager syndicalement pour être citoyenne ».

Pour elle : « La terre est ma patrie et l’humanité ma famille ».

Elle a fait partie du groupe de militants qui ont magistralement organisé la soirée : « Je suis, j’existe, j’agis » et elle revenue pendre sa place à l’accueil dès son intervention terminée.

Pour le dernier : « Je suis en train d’opérer mon sursaut citoyen ».

Ce qui est bien entendu en phase avec Nouvelle Donne qui veut « « vivifier l’énergie démocratique ».

Plus globalement, ce nouveau parti a compris que : 

  • Cette nième crise - à la fois économique, sociale, environnementale, européenne et de la démocratie insuffisamment participative – est le signe de la fin d’un monde ce qui oblige donc une métamorphose,

  • La course à la croissance n’est plus la solution pour sortir du chômage,

  • Le renouvellement des pratiques politiques est indispensable.

Le programme pour les Européennes de Nouvelle Donne propose : 

  • de créer une avant-garde de pays éclairés, fédérée dans le cadre de coopérations renforcées (c’est déjà le cas pour l’Euro ou l’Espace Schengen), pour obtenir un traité de convergence sociale, un financement économe de la dette publique, plus de justice fiscale et une lutte efficace contre les paradis fiscaux,

  • de stimuler l’emploi dans les domaines des économies d’énergie (bâtiment, transport, résidentiel, tertiaire, etc.) et du développement des énergies renouvelables,

  • de moraliser les activités bancaires, d’appuyer la création et le développement des PME, de partager le temps de travail, de répondre à la pénurie de logements, d’améliorer le pouvoir d’achat des Français,

  • de tendre vers une démocratie renouvelée en politique et dans l’entreprise.

Le vote aux Européennes pour Nouvelle Donne est un vote éminemment utile pour éviter de s’enferrer à nouveau dans des schémas de pensée anciens et de repiquer à nouveau vers des mesures économiques déjà éprouvées pour leur inefficacité.

- Pour voir la vidéo de la réunion publique -

IMG_6424.JPG

Le bel accueil de Montpellier réservé à Nouvelle Donne

IMG_6404.JPG

Une tribune, des témoignages d'adhérents et la parole à la salle

IMG_6409.JPG

Les candidats attentifs aux réactions de la salle

IMG_6421.JPG

Pierre Larrouturou dans sa réponse à une question sur la lutte contre le chômage

 

Crédit photographique : Michel Chastaing

17/07/2009

Vive le bois construction (suite)

Le bois dans la construction accompagne en réalité la mutation des modes de conception et de réalisation.

Son utilisation est un enjeu en terme d’emplois locaux et d’aménagement du territoire (le bois demande beaucoup de main d’œuvre et est issu des zones rurales).

Le Languedoc-Roussillon compte 1 million d’hectares de forêts. ¾ des superficies sont des forêts privées et ¼ des forêts publiques. Les forêts les plus productives sont situées dans les Pyrénées, la Montagne noire, le Somail, l’Espinouse et les Cévennes.

Ce sont les accrus naturels et non les plantations (très limitées en surface) qui expliquent la très forte croissance du bois sur pied.

1,3 millions de m3 de bois sont prélevés tous les ans en Languedoc-Roussillon et 0,9 million commercialisés (le reste entre dans l’autoconsommation) des ménages. Cette exploitation du bois en région est toutefois largement insuffisante.

Le bois construction en Languedoc-Roussillon est essentiellement du bois d’œuvre destiné au sciage mais aussi du bois destiné à la trituration, notamment pour la production de panneaux isolants.

La Charte d’ARFOBOIS Languedoc-Roussillon engage des maîtres d’ouvrage, des maîtres d’œuvre et des entreprises : de l’amont et de l’aval de la filière.

Il s’agit de promouvoir une nouvelle culture et de nouvelles pratiques.

Le bois peut être mis en œuvre pour :
- construire des maisons en bois,
- à structure poteau/poutre, notamment en lamellé-collé,
- à ossature bois,
- en bois massif empilé (style « chalet »),
- en panneaux de bois massif contrecollés (technique venue d’Allemagne),
- fabriquer des isolants : laine et fibre de bois, ouate de cellulose,
- élaborer des portes, fenêtres, lambris, planchers, bardages.


Les maisons en bois permettent de gagner de la surface au sol, du fait d’une épaisseur de mur moins grande.

Les bois utilisés doivent être des bois certifiés (dits « PEFC », soit en anglais « Programme for the endorsement of forest certification »), c’est-à-dire que l’exploitation de la forêt doit être durable en respectant le sol, la végétation et les hommes.

La Charte résulte d’un travail transversal au profit de la construction bois. L’Association des communes forestières de l’Hérault (COFOR34) a été associée.
L’objectif est d’agir sur la demande (maîtres d’ouvrage et maîtres d’oeuvre) et sur l’offre (entreprises du bâtiment et de la transformation du bois, recherche).

Concernant les maîtres d’ouvrage, la Charte prévoit :
- l’exemplarité des constructions publiques,
- de mettre en œuvre une politique générale d’incitation à l’usage du bois, par exemple levée de toutes les restrictions dans les plans locaux d’urbanisme (PLU) ou dans les normes techniques,
- d’informer et de former à l’emploi du matériau bois (entreprises du bâtiment et de l’artisanat, élus locaux),
- de faire coopérer les maîtres d’ouvrage et les maîtres d’œuvre sur ce sujet
.

Une maison bois-pierre, démonstrative des bâtiments basse consommation (dits BBC), a été présentée au 2ème Salon Energaïa (Salon des énergies renouvelables) à Montpellier : elle a connu un vif succès en étant prise d’assaut, pour des visites, par le grand public.

16/07/2009

Vive le bois construction

1 m3 de bois stocke 1 tonne de CO2.

Le bois utilisé dans les constructions constitue un stockage durable de gaz à effet de serre (GES) responsables du réchauffement climatique. En outre, la mobilisation et la mise en œuvre du bois émettent peu de CO2.

Le bois construction est donc à développer.

A cet effet, ARFOBOIS Languedoc-Roussillon (l’interprofession régionale du bois regroupant les propriétaires forestiers, les bûcherons, les scieurs, les transformateurs du bois, les menuisiers et les charpentiers, les collectivités territoriales, les architectes, les constructeurs) a élaboré, dans la concertation des acteurs de la filière bois, la Charte bois-construction.

Cette Charte a été signée par 23 partenaires le 11 décembre 2008 à l’occasion du 2ième Salon Energaïa (Salon des énergies renouvelables) au Parc des expositions de Montpellier. La liste des signataires à jour est visible à l’adresse :
http://www.arfobois.com/index.php?id=156

C’est un engagement commun, un pacte d’intérêt collectif, visant à valoriser davantage le bois dans la construction.

La Commune de Clapiers a été pionnière puisqu’elle est la première et seule commune du Languedoc-Roussillon à avoir signé cette Charte.

Pourtant, signer cette charte n’est pas une affaire de spécialistes : toutes les communes et autres collectivités territoriales devraient ainsi s’engager à promouvoir le bois-construction.

Pour faire œuvre de pédagogie, Arfobois propose aux collectivités territoriales la mise à disposition gratuite d’une exposition sur le Bois construction :
http://www.arfobois.com/telechargements/outils//Panneaux%20Construction%20(6)%20ARFO.pdf

Cette charte est une conséquence directe de la politique mise en place en 1998 sous le Ministère de Jean-Louis Bianco (Gouvernement Jospin). L’objectif de son « Plan bois construction Environnement » était de faire passer de 10 % à 12,5 % la part de marché du bois dans la construction sur la période 2000-2010 (équivalent tout de même à 14 % des engagements de la France à Kyoto en terme de réduction du CO2 !).

S’en s’ont suivi le « Plan Climat 2004 », le décret du 16 septembre 2005 sur les exonérations de Taxe sur le foncier bâti (TFB) fixant les minima de quantités de matériaux renouvelables à utiliser dans la construction et enfin l’« Accord cadre national » résultant du Plan Bianco

La Charte d’ARFOBOIS Languedoc-Roussillon est la déclinaison régionale de cet accord national qui fixe « les objectifs stratégiques définissant le cadre des engagements ultérieurs de chaque signataire ». Les objectifs sont déclinés en actions. Le plan porte sur la période 2008-2013.

Promouvoir le bois dans la construction, c’est nous préparer un avenir meilleur.

Suite dans la note du 17 juillet 2009.