Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

20/05/2012

Festival d’animation de Baillargues 2012

Désormais, le Festival d’animation de Baillargues a lieu au printemps. Pour cette année, nous regarderons celui-ci sous un angle créatif.

En effet, les ateliers de découverte et de création ont été nombreux. Animés par Andréa Kiss depuis plusieurs années, les ateliers sont un moyen de réaliser son propre film animé et de comprendre l’ampleur du travail que demande l’animation.

 

Dans ces ateliers, il est surtout pratiqué la technique du papier découpé, animé directement devant la caméra.

 

Comment ça marche ?

 

Dans un premier temps, il faut penser le scenario : que va-t-il se passer ?

 

Ensuite, on dessine le décor dans lequel le ou les personnages vont évoluer.

 

Justement, qu’est-ce qu’ils vont faire ces personnages ?

 

Car eux aussi il faut les dessiner et les découper en pièces détachées pour qu’ils puissent s’articuler dans le film et, s’ils ont plusieurs attitudes, le nombre de dessins se multiplie.

 

Après cette première étape, on passe à la réalisation, installation du décor, mesure de la lumière, mise en place du personnage et première photo.

 

Ce qui est compliqué ici c’est qu’il faut une image par mouvement effectué : on arrive donc à une vingtaine d’images pour environ 5 secondes de film.

 

Ce qui donne une idée du nombre d’heures à passer pour monter un film de 30 minutes avec cette technique.

 

Enfin, comme pour toute réalisation, il faut un titre qui lui aussi va être animé de la même façon, c’est-à-dire image par image.

 

Quand on demande aux participants pourquoi ils ont voulu s’inscrire, beaucoup répondent que c’est parce qu’ils aiment dessiner et aussi parce que c’est « cool » de pouvoir manipuler, sous surveillance bien sûr, le matériel.

 

C’est aussi et surtout pour voir le résultat puisque l’objectif final est bien de réaliser un film d’animation.

 

Mais ne croyez pas qu’il n’y a que les enfants qui trouvent ça plaisant car, finalement, les adultes aussi se prennent facilement au jeu.

cinéma,animation,dessins animés,culture,animation jeunesse

cinéma,animation,dessins animés,culture,animation jeunesse

cinéma,animation,dessins animés,culture,animation jeunesse

cinéma,animation,dessins animés,culture,animation jeunesse

cinéma,animation,dessins animés,culture,animation jeunesse

cinéma,animation,dessins animés,culture,animation jeunesse

cinéma,animation,dessins animés,culture,animation jeunesse

cinéma,animation,dessins animés,culture,animation jeunesse

Crédit photographique : Fleur Dache

07/12/2011

Le Festival du film d'animation de Baillargues 2011

Cette année encore, malgré des intempéries répétées, le Festival de Baillargues nous a régalé d'avant premières, de rencontres et d'ateliers autour du film d'animation.

Nouveauté pour les ateliers qui ont mélangé les générations.

Les mamies de la Maison de retraite de Castries en binôme avec les jeunes du Centre Socio-éducatif Municipal Lino Ventura, aussi de Castries, ont réalisé des petits courts métrages inspirés par le vécu de ces dames.


Intitulé « Au fil des souvenirs », nous avons pu voir comment des jeunes ont interprété le passé.


Lors du Festival, nous avons aussi rencontré les « Maudits gosses de Montpellier », deux jeunes frères, Thibault et Louis, tombés dedans quand ils étaient petits.


Tout comme des Pro, ils nous ont expliqué les difficultés techniques qu'ils ont rencontrées lors de la réalisation de leur film, le rôle dédié à chacun dans la construction, le travail important des lumières et les contraintes de filmer à différentes échelles puisque leur film est construit avec des légos.


Leur travail est étonnant : hormis quelques petites erreurs, le résultat est plein de promesses et très drôle.

 

Vivement la prochaine édition qui aura lieu, c’est nouveau, en avril 2012 !

festival,cinéma,film d’animation,dessin animé,castries,baillargues

festival,cinéma,film d’animation,dessin animé,castries,baillargues

festival,cinéma,film d’animation,dessin animé,castries,baillargues

festival,cinéma,film d’animation,dessin animé,castries,baillargues

festival,cinéma,film d’animation,dessin animé,castries,baillargues

Crédit photographique : Fleur Dache

14/08/2011

Cinéma de plein-air autour de Montpellier à Vendargues

Montpellier Agglomération a reconduit cette année encore l’opération « L’Agglo fait son cinéma », du 1er au 30 août 2011.

Chaque film (10 au total) est programmé 3 fois dans une des 31 communes de l’Agglomération de Montpellier.

Tous les films sont diffusés à 21 h 30 (voir programmation ci-dessous jusqu’à fin août 2011).

L'accès est libre et gratuit.

Le succès populaire est au rendez-vous.

Samedi 6 août, à Vendargues, place Espartinas, plus de 200 spectateurs se sont ainsi pressés et ont assisté à la projection - sur grand écran ! -  du film « Le petit Nicolas », comédie familiale de Laurent Tirard.

Malgré un fin crachin franchement inhabituel en été, le spectacle a captivé, du début à la fin, l’assistance, avec ces réactions d’exubérance et ces manifestations de bonne humeur populaire qui existaient auparavant dans les salles sombres de quartier.

Il faut dire que le cinéma de plein-air attire familles, groupes d’amis, cinéphiles, estivants, réunis par le même plaisir, la même émotion.

Les spectateurs sont certes du village où s'effectue la projection mais affluent aussi en voisins.

Sous la voûte céleste, sombre mais néanmoins étoilée, écouter et voir un spectacle dehors n’a pas la même résonnance qu’en salle.

Le vent, les ombres, les bruits de la nuit (insectes, oiseaux, etc.) donnent une dimension supplémentaire au film.

Les uns se rappellent les films vus lors de séjours en camping, d’autres en colonies de vacances ou encore en milieu rural avec un projectionniste itinérant.

Le spectacle est grandi par la nature (parc, carrière) ou encore par le cadre architectural (cour de bâtiment public, arènes, place de village) : le visiteur découvre alors un lieu revisité par une œuvre cinématographique.

Un instant de bonheur éphémère dans un cadre de vie détourné de sa fonction première.

Programme à compter du 7 août 2011 

Jour

Film

Commune

Lieu

Dimanche 7 août

Le nom des gens

Murviel lès Montpellier

Esplanade

Mardi 9 août

Le nom des gens

Sussargues

Carrière Font d’Armand

Jeudi 11 août

Le nom des gens

Lattes

Esplanade du Mail à Maurin

Lundi 8 août

Alice au pays des merveilles

Saint-Jean de Védas

Place du Puits de Gaud

Mercredi 10 août

Alice au pays des merveilles

Fabrègues

Plan des Fêtes

Vendredi 12 août

Alice au pays des merveilles

Montaud

Stade de football

Samedi 13 août

Arrêtes-moi si tu peux

Restinclières

Espace Fêtes

Lundi 15 août

Arrêtes-moi si tu peux

Grabels

Espace Flotte

Mercredi 17 août

Arrêtes-moi si tu peux

Saint-Georges d’Orques

Parc Hippolyte Courty

Dimanche 14 août

Le secret des poignards volants

Lavérune

Parc du Château

Mardi 16 août

Le secret des poignards volants

Clapiers

Parc municipal Claude Leenhardt

Jeudi 18 août

Le secret des poignards volants

Castries

Domaine de Fondespierres

Vendredi 19 août

Gran Torino

Pérols

Arènes

Dimanche 21 août

Gran Torino

Saint-Drézéry

Parc municipal

Mardi 23 août

Gran Torino

Pignan

Parc du Château

Samedi 20 août

Benda Bilili !

Prades le Lez

Place du Marché

Lundi 22 août

Benda Bilili !

Saussan

Cour de l’école

Mercredi 24 août

Benda Bilili !

Saint-Brès

Parking de la Mairie

Jeudi 25 août

Looking for Eric

Villeneuve lès Maguelone

Arènes

Samedi 27 août

Looking for Eric

Baillargues

Arènes

Lundi 29 août

Looking for Eric

Castelnau le Lez

Parc de Monplaisir

Vendredi 26 août

Le voyage de Chihiro

Juvignac

Place Saint-Michel

Dimanche 28 août

Le voyage de Chihiro

Cournonsec

Esplanade

Mardi 30 août

Le voyage de Chihiro

Jacou

Parc de Bocaud

 

 Projection du film "Le Petit Nicolas" à Vendargues le 6 août 2011

IMG_3429.JPG

IMG_3431.JPG

IMG_3432.JPG

IMG_3433.JPG

IMG_3434.JPG

IMG_3461.JPG

IMG_3457.JPG

Crédit photographique : Michel Chastaing

27/11/2010

Festival international de cinéma d’animation de Baillargues

L’invité d’honneur du Festival du film d’animation de Baillargues 2010, Michel Ocelot, a accepté de nous parler du Festival et de se livrer.

 

Pour lui l’existence de ce type de festival est cruciale car c’est grâce à ces événements régionaux que les jeunes créateurs peuvent franchir une première étape dans le monde de l’animation.

 

Il est en effet, difficile pour un réalisateur « débutant » d’être promu par de grandes enseignes de diffusion.

 

Le Festival de Baillargues offre ainsi une visibilité et une approche primordiale avec le public puisque c’est souvent lui qui fait la notoriété d’un film.

 

InterviewBaillarguesLogoAssociatiion.jpg

 

Il faut savoir que c’est de cette manière que son premier long métrage, « Kirikou et la sorcière », a eu l’impact qu’on lui connaît aujourd’hui.

 

Histoire vraie, Michel Ocelot raconte : « Personne ne voulait de mon film Kirikou. Lorsque je l’ai présenté au Festival de Baillargues, Kirikou a tellement fait de bruit que finalement ce sont ces mêmes grandes enseignes qui m’ont proposé de me diffuser. Sans ce festival, je n’en serais peut être pas là aujourd’hui. »

 

Outre les films, cet événement propose des ateliers de qualité, animés par des professionnels comme Andréa Kiss, réalisatrice (« Le mulot menteur ») mais aussi illustratrice et plasticienne.

 

Des échanges directs, des dialogues avec de grands professionnels comme Serge Avédikian.

 

C’était le deuxième invité d’honneur, avec Michel Ocelot, de l’édition 2010 : son dernier court-métrage, « Chienne d’histoire », a remporté la Palme d’Or du meilleur court-métrage à Cannes.

 

Ainsi, le spectateur peut entrer dans le monde de l’animation et mieux jauger le travail colossal de la réalisation.

 

Un travail rigoureux, c’est sûr.

 

Pour Michel Ocelot, l’animation est un véritable travail de fourmi.

 

InterviewBaillarguesRéduit.jpg

Michel Ocelot, réalisateur de Kirikou, à la place du spectateur

(Photographie : Fleur Dache)

 

 

Une de ses priorités, lorsqu’il réalise un nouveau film : « c’est l’importance du détail et sa véracité ».

 

Il est inenvisageable d’inventer des décors fantaisistes, tout d’abord parce que la majorité du public des films d’animation sont des enfants.

 

Les enfants étant capables d’emmagasiner beaucoup d’informations, il met un point d’honneur à leur donner des informations justes.

 

Egalement, pour faire découvrir la richesse d’un lieu, d’un pays, d’une époque, puisque l’animation n’est pas destinée qu’aux enfants : elle concerne aussi les adultes.

 

Michel Ocelot explique qu’effectivement cette catégorisation est bien dommage car elle part de l’influence des films de Walt Disney et a, peut être, contribué indirectement à ce positionnement tardif du film d’animation dans nos pays occidentaux, contrairement à l’Orient et plus précisément à l’Asie où celui-ci est presque une institution.

 

Néanmoins, ce passionné de l’image dessinée ne s’arrête pas là.

 

Avec humilité, il faut avouer que son travail a contribué activement à une réévaluation du film d’animation et posons-nous la question, combien de parents seront ravis d’emmener leurs enfants voir les futurs chef-d’œuvre de Michel Ocelot et de bien d’autres réalisateurs ?

 

Festival de Cinéma d'Animation ANIMaSUD Baillargues,

Montpellier et nomade (différentes communes du Gard et de l’Hérault)

49, rue des écoles - 34670 Baillargues

Tél : 04 67 87 33 05 - 06.71.75.15.04

http://www.festivalbaillargues.fr/