Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

08/12/2013

La création d’entreprise à l’honneur en région

L’Association interdépartementale et régionale d’insertion par l’économique (AIRDIE) vient d’organiser une semaine de promotion de l’économie sociale et solidaire (ESS), du 4 au 8 novembre 2013.

Cette sensibilisation du public à la problématique de la création d’entreprise par des personnes non financées par le système bancaire a pris une forme originale : des petits déjeuners conviviaux et informatifs.

Ils ont été l’occasion de présenter notamment l’Association pour le droit à l’initiative l’économique (ADIE), créée par Maria Nowak en 1989 ou encore l’association Terre de Liens Languedoc-Roussillon, fondée par les associations Terres Vivantes et l’Association pour le développement de l’emploi agricole et rural du Languedoc-Roussillon (ADEAR-LR).

Le lieu choisi est emblématique de ces entreprises qui ont pu se créer, en milieu urbain comme en milieu rural, grâce à l’accompagnement de l’AIRDIE : la boulangerie « Drôle de pain ».

Présentation de cette entreprise d’insertion à voir sur le Site Internet du Secours Catholique (Caritas France).

Cette structure fait partie du champ de l'économie sociale et solidaire (ESS).

Elle place l'homme au cœur de son action.

Ses objectifs sont :

- la formation des personnes éloignées de l'emploi,

- la fabrication de produits de qualité,

- le respect de l'environnement (ustensiles recyclables, partenariat avec Emmaüs pour les invendus, objets de deuxième vie, ...).

Ses produits sont donc fabriqués de manière artisanale, dans le respect des méthodes traditionnelles, avec des ingrédients de saison mais aussi de proximité, des farines de tradition ou biologiques, des beurres d’appellation d’origine protégée (AOP).

C’est aussi une entreprise d’insertion puisque les salariés sont embauchés pour une durée de 4 mois à 2 ans, afin d’acquérir savoir-faire et savoir-être.

Les dirigeants de « Drôle de pain » veillent à la bonne cohésion de l'équipe en misant sur un management participatif.

Globalement, l’AIRDIE, fondée en 1996, accompagne environ 500 porteurs de projet par an en Languedoc-Roussillon.

Cette association mobilise environ 25 salariés, essentiellement dans les métiers de l’expertise de la création, voire du développement, d’entreprise.

1.000 emplois sont concernés tous les ans en Languedoc-Roussillon, dont 80 % relèvent de la création.

Il s’agit de porteurs de projet individuels et d’entreprises de l’économie sociale et solidaire (entreprises d’insertion, coopérative, associations, etc.).

L’AIRDIE est le représentant régional de France Active.

L’Association, subventionnée notamment par le Conseil Général de l’Hérault et le Conseil Régional Languedoc-Roussillon, apporte des solutions de financement (9 millions d’€ en 2012, y compris les fonds mobilisés par la Caisse d’Epargne et la Banque Populaire, banques partenaires) aux porteurs de projet ne pouvant pas accéder au financement bancaire, faute de garantie notamment.

Elle propose des prêts solidaires, des garanties du type caution et facilite l’accès aux fondations.

D’ailleurs, en 2014, un effort particulier va être lancé pour mobiliser le mécénat d’entreprises en vue de contribuer aux fonds propres de ces – en général petites – nouvelles entreprises.

L'AIRDIE soutient notamment des porteurs de projets dans le domaine agricole, ce qui est d’une importance primordiale pour les petites communes rurales.

Sur la région, une centaine de projets agricoles ont été aidés tous les ans (surtout dans l'Hérault).

Les activités concernées sont majoritairement du petit maraîchage, de l’élevage de poules pondeuses, de poulets de chair, de la culture de plantes aromatiques et médicinales (PAM).

De plus en plus de projets atypiques, innovants, émergent : production de spiruline, élevage d'escargots pour la bave (base de certains produits cosmétiques), etc.

L'AIRDIE intervient là où les banques ne veulent pas aller: en finançant par exemple du petit matériel agricole d'occasion, en soutenant des projets de lieux de transformation collectifs pour pallier au problème de l’insuffisance de la demande locale en produits frais en juillet et en août notamment.

En revanche, l’AIRDIE n'intervient pas du tout sur le foncier.

C’est au contraire le domaine de prédilection de l’association Terre de Liens.

Lancé au niveau national, ce mouvement s’est concrétisé dans notre région par la création de l’association Terre de Liens Languedoc-Roussillon (TDL LR) qui emploie à ce jour 3 salariés.

Son conseil d’administration est composé de militants, acteurs du développement local, et de professionnels progressistes de l’agriculture.

Un groupe local de bénévoles Hérault a été récemment constitué.

10 fermes ont déjà été acquises par TDL LR, pour un investissement de près de 3 millions d'€.

Ces achats de foncier ont permis l’installation d’environ 30 agriculteurs.

Ces derniers bénéficient de baux dits environnementaux, c’est-à-dire de longue durée et obligeant à une culture en Bio.

Une particularité est que plusieurs de ces fermes sont exploitées par des collectifs.

Une collecte de fonds, à laquelle s’est associé le mouvement BioCoop, est assurée régulièrement par la Foncière Terre de Liens, autorisée au niveau national à collecter l’épargne publique qui bénéficie dans ce cadre de mesures de défiscalisation.

L’intervention de TDL LR facilite donc l’accès au foncier de nouveaux agriculteurs, dans un contexte local où  toujours 70 % des installés ne bénéficient pas des aides franco-européennes, dites à l’installation mais bénéficiant en réalité, à 85 %, à des transmissions d’exploitation.

Plus globalement, le droit à l’initiative économique ne fait pas encore partie des droits reconnus par la Constitution française : de nombreux porteurs de projet restent donc sur le bord de la route faute de capitaux ou de garanties devant les prêteurs, incapables d’acquérir les moyens de production (terres, locaux, mécanisation, outils de transformation ou de commercialisation, cheptel, intrants, etc.).

Heureusement donc que de nombreuses associations s’intéressent au sujet et accompagnent, avec l’appui des collectivités territoriales, cette création de petites entreprises si nécessaire au développement de l’emploi local.

droit à l’initiative économique,rencontres,économie sociale et solidaire,airdie,adie,terre de liens,emmaüs,drôle de pain,développement local,création d’emplois,installation en agriculture

droit à l’initiative économique,rencontres,économie sociale et solidaire,airdie,adie,terre de liens,emmaüs,drôle de pain,développement local,création d’emplois,installation en agriculture

droit à l’initiative économique,rencontres,économie sociale et solidaire,airdie,adie,terre de liens,emmaüs,drôle de pain,développement local,création d’emplois,installation en agriculture

Crédit photographique : Agathe Catoire

17/10/2013

Inauguration Viavino à Saint-Christol

Belle inauguration samedi 5 octobre pour le pôle œnotouristique Viavino à Saint-Christol (Hérault).

 

Jean-Luc Bergeon, Maire de Saint-Christol, Vice-Président de la Communauté de Communes du Pays de Lunel, Président de l’Office de Tourisme intercommunal du Pays de Lunel, initiateur du projet il y a déjà 8 ans, pouvait être fier du chemin parcouru.

 

Cette vitrine des vins locaux a ouvert ses portes au public dès le 22 juin 2013.

 

L’obtention du label « Pôle excellence rurale » en décembre 2006, véritable reconnaissance par l’Etat de son intérêt, a donné de la crédibilité au dossier.

 

Partagé, réfléchi entre de nombreux partenaires et acteurs locaux, ce projet est celui de tout un territoire.

 

Ce territoire est un « espace de respiration entre les agglomérations de Nîmes et de Montpellier », fait de coteaux dominant Lunel, encadré au Nord par les garrigues et au Sud par la Petite Camargue.

 

Un « jardin à la fois viticole, culturel et de loisirs entre Cévennes et Méditerranée ».

 

Le terroir des vins de Saint-Christol domine la plaine languedocienne maraîchère, fruitière, céréalière, densément peuplée et la vallée du Vidourle occupée par une agriculture diversifiée.

 

Le vignoble occupe sur les collines un sol fait de cailloutis Villafranchiens (petits galets roulés et déposés par le Rhône à l’ère quaternaire lorsque son cours était orienté Est-Ouest) cimentés d’argile rouge ou enveloppés d’un sable jaune clair à rouge foncé, typique des Costières de Nîmes.

 

Viavino est à la confluence des routes des Vins :

-     de l’AOC / AOP de Saint-Christol (surtout des rouges) avec comme producteurs la Cave coopérative des Coteaux de Saint-Christol présidée par Nicolas Baniol et des caves particulières (Domaine de la Coste, Domaine Guinand, Château des Hospitaliers, Domaine de l’Ocelle, …),

-    du Muscat de Lunel (Vin Doux Naturel à base du cépage de Muscat blanc à petit grain) passant par la Cave coopérative des Coteaux de Vérargues.

 

Viavino est dirigé par Joyce Arends.

 

L’équipement a été porté par la Communauté de Communes du Pays de Lunel (présidée par François Berna, Maire de Saint-Sériès).

 

Il a coûté 6,5 M€ et a bénéficié des subventions du Département de l’Hérault (1,5 M€ dans le cadre d’un contrat territorial), de la Région Languedoc-Roussillon (0,3 M€), de l’Etat et de l’Europe (1,2 M€ au globalement).

 

Le Département de l’Hérault et son Président André Vezinhet ont fortement soutenu le projet en tant qu’investissement structurant.

 

Viavino est en effet complémentaire des sites patrimoniaux recelés par le Pays de Lunel : site archéologique et gallo-romain d’Ambrussum, capitelles, Château de Marsillargues, Orangeraie de Lunel-Viel, etc.

 

Le caveau-vitrine hébergé par Viavino propose les vins de 95 % des vignerons locaux.

 

Il ne vient pas en concurrence des points de vente existants (une quinzaine de caveaux dans un rayon de 3 kilomètres notamment) car sa vocation est au contraire de servir de porte d’entrée vers des visites de domaines viticoles.

 

Le caveau-boutique est tenu par Pascal Conge, ancien Directeur des Coteaux de Saint-Christol, et par Thierry Avesque.

 

Ce lieu ouvert aux gens du pays et aux touristes offre aussi :

-     une maison de tourisme offrant les services de l’Office de tourisme du Pays de Lunel, en termes de documentation, de réservation d’hébergement et organisant des visites,

-     un restaurant / bar à vins, « L’Autenthic »,

-     un caveau boutique avec les vins locaux mais aussi tous les produits alimentaires emblématiques du secteur,

-     un relais vers des activités de pleine nature (randonnées pédestres et équestres notamment dans les vignobles, parcours VVT, accrobranche,  via ferrata de la Roque à Saint-Sériès, canoë-kayak sur le Vidourle, etc.) et des séjours aventure, proposés par la société « Cyrpéo-Active 4 Events »,

-     un atelier du goût équipé pour les dégustations de vins,

-     une salle du terroir permettant une visite numérique dédiée au vin et aux traditions camarguaises.

 

Idéalement adossé au village de Saint-Christol, plein Sud, Viavino possède des espaces extérieurs d’agrément :

- un patio circulaire, en claires-voies,

- un jardin aromatique,

- une vigne pédagogique,

- un théâtre de verdure,

- une arène de jeux pour les enfants.

 

La scénographie a été particulièrement bien étudiée : elle est l’œuvre d’Arc-en-Scène.

 

Viavino parle du terroir : de ses vignes, de son vin, de ses traditions : la Petite Camargue, la course libre, les fêtes votives.

 

La culture donne tout son sens à ce nouvel équipement touristique.

 

Viavino est à la fois ludique et pédagogique.

 

Le visiteur se sent bien accueilli dans cet écrin méditerranéen.

 

Soleil, vent, lumière jouent avec une architecture résolument contemporaine qui prolonge le village ancien.

 

Les matériaux naturels utilisés ont été mis en œuvre en résonnance avec leur usage local : terre battue des arènes pour les circulations et places extérieures, pierre sèche des capitelles, bois en claustra façon palox (ces palettes-cages servant à stocker les pommes et les fruits d’été), peinture rouge utilisée dans les caves et rappelant la lie de vin ou encore les barrières d’une arène ou les portes d’un toril.

 

L’objectif de l’architecte de renommée internationale - Philippe Madec - et du maître d’ouvrage, la Communauté de Communes du Pays de Lunel, était de s’inscrire dans le cadre d’une construction éco-responsable.

 

Les bâtiments de Viavino offrent ainsi un bilan énergétique globalement nul.

 

Ils bénéficient d’une excellente isolation (50 cm de laine de roche) et d’une parfaite étanchéité à l’air.

 

Les capteurs solaires (eau chaude sanitaire et surtout d’électricité via 60 m² de panneaux photovoltaïques) fournissent autant d’énergie que n’en consomment deux petits poêles à bois (chauffage d’appoint pour la Halle camarguaise et l’Espace Terroir), le complément au gaz pour le restaurant et la chaufferie-bois pour l’ensemble du site.

 

Cette dernière, alimentée par des plaquettes forestières, dessert un réseau de chauffage central.

La chaufferie-bois peut aussi utiliser des granulés à base de sciure de bois ou même des noyaux d’olive, sous-produit de l’extraction de l’huile d’olive.

 

La ventilation naturelle a été choisie et la climatisation excluse.

 

Un puits canadien équipe la Halle Camarguaise.

 

Les bois et la pierre sèche (issue d’une carrière située à moins de 5 kilomètres) ont été sélectionnés localement.

 

Viavino sera vraisemblablement souvent cité à l’avenir comme un exemple de valorisation du bois en construction, tant il est omniprésent sur le site.

 

Viavino a d’ailleurs déjà été honoré par la visite de deux ministres : Sylvia Pinel, Ministre du commerce, de l’artisanat et du tourisme, venue lancer la saison touristique estivale 2013 en France début juillet et Cécile Duflot, Ministre de l’égalité des territoires et du logement, début octobre.

 

Comme tout équipement touristique de cette ampleur, Viavino doit gagner plusieurs challenges :

-    attirer et plaire à des publics variés (scolaires, familles, troisième âge, oenophiles, commerciaux du vin),

-    élargir la saison touristique au-delà des mois de juillet et d’août,

-    équilibrer ses comptes dans la durée tout en supportant les coûts d’entretien et d’embellissement,

-    renouveler régulièrement ses expositions et ses animations,

-    créer des événements exceptionnels de nature festive, culturelle, patrimoniale, ...

 

Souvent la création d’un club, d’une association des amis de la structure est un plus, surtout à l’époque des réseaux sociaux.

 

Quoiqu’il en soit, bien que notre région Languedoc-Roussillon possède le plus grand vignoble du Monde et surtout le plus diversifié, il n’y a pas pléthore d’accueil collectif dans le domaine œnotouristique.

 

Des secteurs géographiques entiers se retrouvent sans locomotive, sans lieu d’excellence, faute d’entente entre les acteurs, trop divisés, et d’une certaine pudeur des professionnels de la vigne à communiquer : c’est ainsi que pour obtenir des informations sur les vins ou sur les terroirs on est trop souvent obligé de se rabattre sur les sites Internet des loueurs de gîtes ou des professionnels du tourisme.

 

Il est vrai que ce dernier secteur d’activité représente 15 % du PIB en Languedoc-Roussillon contre seulement 4 % pour l’agriculture (dont la sylviculture et la pêche) et les industries agro-alimentaires.

 

Avec 15 millions de touristes (dont 1/3 d’étrangers) et 100 millions de nuitées (dont 20 % pour les étrangers), le vivier des visiteurs potentiels est vaste.

 

Sans compter que l’agri-loisir tourisme, cher à Paul-Marie Durand, bénévole à l’Office de Tourisme Via Domitia de Castries, est un fait de société.

 

Ce néologisme décrit bien le tourisme de proximité, de grande ampleur, touchant toutes les classes sociales, lié à la proximité des populations nîmoise et montpelliéraine.

 

Les petits plus de Viavino résident :

-     en la qualité de la communication qui l’entoure (photographies, film documentaire),

-     dans la valorisation des savoir-faire locaux, dont des métiers et des hommes qui les exercent,

-     dans l’ouverture signifiante du site, au sens physique du terme, avec une absence de clôture périphérique et au contraire un périmètre reposant sur des murettes basses en pierre sèche,

-     dans la volonté d’offrir au visiteur un espace de détente et de bien-être,

-     dans son esprit cohérent écologique et nature.

 

Fierté de son territoire, Viavino a été parfaitement imaginé et réalisé pour offrir du symbole, du sens et du plaisir à des visiteurs exigeants venus de tous horizons.

IMG_4647.JPG

Viavino, au pied du village de Saint-Christol (Hérault)

IMG_4654.JPG

L'inauguration a attiré une foule d'élus, de viticulteurs

et d'habitants du Lunellois

IMG_4664.JPG

Une assistance attentive lors des discours

IMG_4671.JPG

La capitelle vue de l'intérieur du caveau-vente-dégustation

IMG_4683.JPG

Jean-Luc Bergeon, Maire de Saint-Christol : l'initiateur du projet

IMG_4698.JPG

 La vigne collection pédagogique et la promenade

IMG_4710.JPG

 Viavino s'inscrit dans un territoire de forte identité et de forte culture

IMG_4699.JPG

La rotonde en bois pour les spectacles et le repos des visiteurs

 

Crédit photographique : Michel Chastaing