Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03/08/2010

Les grandes manœuvres

L’eau brute fait l’objet de beaucoup de réflexions en ce moment.

 

Venue du Rhône, cette ressource en eau abondante permet de faire face aux besoins d’irrigation et de potabilisation des alentours de Montpellier pour les prochaines décennies.

 

L’eau du Rhône contribue aussi à soutenir les débits d’étiage du Lez et du Salaison.

 

Sans eau, l’agriculture languedocienne ne peut pas se diversifier.

 

Or, l’arrachage des vignes libère beaucoup de terres.

 

Les nouvelles pistes de productions (pois chiches, chanvre, plante sucrante comme la Stevia rebaudiana, plantes aromatiques et médicinales) comme d’autres cultures plus traditionnelles (raisin de table, maraîchage, blé dur) ne sont pas envisageables sans apport d’eau.

 

IMG_6216.JPG

Expérimentations de grandes cultures irriguées 

 

De même, sans irrigation, il n’est pas possible de mettre en œuvre des filières de production fourragère et protéagineuse biologiques (foin de fauche, luzerne et autres légumineuses, colza, tournesol, etc.) permettant d’alimenter les éleveurs des montagnes sèches environnantes (fabrication de pélardons, veaux sous la mère, etc.).

 

mar38.jpg

Exemple d'irrigation économique par pivot développable en zone de plaine

 

Notre climat méditerranéen est en effet chiche en précipitations (600 à 800 mm sur les zones littorales et de plaines) et surtout prodigue en sécheresse estivale.

 

La viticulture de qualité, confrontée à la féroce concurrence des « Pays du Nouveau Monde », doit aussi maîtriser les apports hydriques.

 

50 ans après la construction du Canal Philippe Lamour et le semi-échec de la diversification (seule la plaine de Mauguio s’est véritablement mise à l’arboriculture, l’horticulture et la floriculture), les décideurs anticipent les besoins en eau de demain, notamment en terme de potabilisation.

 

Une agriculture à haute valeur ajoutée, une ceinture verte de la capitale régionale, générant des flux vertueux sur le plan environnemental dans le cadre de circuits courts de commercialisation, passe par la maîtrise de l’eau.

 

IMG_4779.JPG

 

Melons sous tunnel irrigués en goutte à goutte

(l'Hérault est le premier producteur français de melons charentais au mois de juin)

 

Concernant l’eau potable et donc la présence humaine et son confort, le département de l’Hérault peut compter aujourd’hui sur des sources karstiques à l’intérieur des terres, la nappe astienne en bord de mer et les champs drainants du fleuve Hérault.

 

L’exploitation de ces ressources naturelles étant déjà largement optimisée, il ne reste plus pour des développements futurs que l’eau brute et un jour – mais à quel coût et avec quelle débauche d’énergie ? – l’eau de la Méditerranée à désaliniser.

 

La bataille pour la disponibilité de l’eau a donc commencé.

 

Elle se mènera dans un premier temps sans l’Etat qui s’est désengagé fortement en terme d’appui aux aménagements hydrauliques.

 

Pourtant, les fameux crédits du chapitre 61, article 40, ont permis pendant des décennies de subventionner généreusement les projets à hauteur de 80 %, en misant sur une rentabilité à long terme.

 

L’Europe peut en revanche être intéressée par un projet ambitieux comme celui d’Aqua Domitia.

 

Toutefois, le poids essentiel des investissements nécessaires reposera sur les collectivités territoriales et sur les usagers d’eau d’irrigation ou d’eau potable.

 

Premier verrou à faire sauter, auquel s’emploie la Président de la Région Languedoc-Roussillon, Georges Frêche, toujours aussi visionnaire : faire baisser le prix facturé par Bas-Rhône Languedoc (BRL) pour la livraison d’eau brute, trop coûteux en l’état.

 

La Communauté d’Agglomération de Montpellier (CAM) que préside aussi Georges Frêche s’emploie à négocier de nouveaux tarifs : une baisse des prix stimulerait la demande et l’augmentation de cette dernière permettrait un meilleur équilibre des comptes de BRL, comptes fortement impactés par des charges fixes conséquentes.

 

La CAM est cliente de BRL depuis l’année 1992 qu’elle restitue dans le Lez un débit de 800 l/s en saison sèche (soutien d’étiage visant à compenser l’impact sur les écoulements naturels des prélèvements d’eau potable à la Source du Lez).

 

restin 075.jpg

Soutien d'étiage du Lez le plus à l'amont

au droit du Domaine de La Valette sur la commune de Clapiers

 

De même, la CAM a repris le contrat liant la Commune du Crès à BRL pour le soutien, dans le cadre de la Charte du Salaison, du débit d’étiage de ce petit fleuve se jetant dans l’étang de l’Or, à hauteur de 10 l/s (tout de même l’équivalent de 100.000 m3 par été).

 

En outre, la Communauté d’Agglomération de Montpellier est doublement intéressée par l’eau brute, ayant récemment pris la compétence « Eau brute » (le 1er janvier 2009) et « Eau potable » (depuis le 1er janvier 2010).

 

Il en est de même pour la Communauté de communes du Grand Pic Saint-Loup qui a pris la compétence « Eau potable » le 1er janvier 2010 et s’intéresse maintenant avec insistance à la compétence « Eau brute ».

 

En effet, la maîtrise de l’eau est nécessaire dans le cadre des grandes décisions d’aménagement du territoire auxquelles président les communautés urbaines, d’agglomération ou de communes.

 

Autour de Montpellier, quatre grands sites de potabilisation de l’eau brute se dessinent :

-         Portaly, aux portes du Zénith, entre Mauguio et Montpellier à l’extrémité du Canal Philippe Lamour, qui traite l’eau du Rhône pour un compléter l’été l’alimentation de la Ville de Montpellier,

-         Arago, au dessous de bois de Montmaur, dans le quartier Hôpitaux-Facultés de Montpellier, qui peut recevoir en secours de l’eau du Rhône via le pompage de Portaly, le château d’eau BRL du Crès et les canalisations traversant le Lez au Domaine de La Valette à cheval sur Clapiers et Montpellier,

-         Fabrègues pour le renfort du Syndicat du Bas-Languedoc (24 communes de l’Ouest de Montpellier alimentées),

-         Bois du Peillou, sur la commune de Saint-Hilaire de Beauvoir, en vue de compléter les ressources du Syndicat Intercommunal de Garrigues-Campagne (24 communes du Nord-Est de Montpellier adhérentes).

 

Sur le plan institutionnel, les prochaines années vont vivre la disparition des syndicats d’eau existants, les communautés de communes et les communautés d’agglomération prenant les commandes.

 

D’ores et déjà, ces instances ont élu des représentants (précédemment désignés par les conseils municipaux des communes membres) dans les assemblées délibérantes de ces syndicats.

 

Le Syndicat intercommunal des travaux d’irrigation dans la vallée du Salaison (SITIVS) devrait être notamment dissout le 31 décembre 2010.

 

Regroupant 6 communes (Assas, Clapiers, Guzargues, Jacou, Teyran, Vendargues), ce syndicat a développé de façon originale, à l’image du Syndicat du Nord-Sommiérois, voisin du Gard, la distribution d’eau brute auprès des agriculteurs et des particuliers, évitant à ces derniers d’arroser leur jardin avec de l’eau potable.

 

Le SITIVS couvre une zone non concédée par l’Etat à BRL.

 

Le cas du Syndicat intercommunal de Garrigues-Campagne (SIGC) est encore plus emblématique de la nouvelle donne institutionnelle.

 

Ce syndicat d’eau potable est dirigé par 48 délégués dont 18 issus de la Communauté d’agglomération de Montpellier (Baillargues, Beaulieu, Castelnau le Lez, Castries, Clapiers, Montaud, Restinclières, Saint-Drézéry, Saint-Geniès des Mourgues), et 14 de la Communauté de communes du Grand Pic Saint-Loup (Assas, Fontanès, Guzargues, Teyran, Saint-Bauzille de Montmel, Sainte-Croix de Quintillargues, Saint-Vincent de Barbeyrargues) que 12 autres délégués provenant de la Communauté de communes Ceps et Sylves (Buzignargues, Campagne, Galargues, Garrigues, Saint-Hilaire de Beauvoir, Saint-Jean de Cornies) pourraient rejoindre, au cas où cette dernière intercommunalité fusionnerait avec la Grand Pic Saint-Loup.

 

Les quatre derniers délégués sont issus des communes de Boisseron et de Saussines, toutes les deux membres de la Communauté de communes du Pays de Lunel qui, tôt ou tard, se dotera de la compétence « Eau potable ».

 

D’autre part, le SIGC a pris très récemment, à contre courant du mouvement observé, la compétence « Eau brute » pour quelques communes, dont certaines du Grand Pic Saint-Loup qui se prévaut maintenant de cette compétence !

 

A terme, c’est le Grand Pic Saint-Loup qui aura le dernier mot et gérera en direct l’eau brute.

 

Que ce soit pour l’eau potable ou l’eau brute, le mouvement de simplification administrative actuel fait perdre au SIGC sa légitimité historique, ce syndicat devenant une sorte d’écran entre les usagers et les collectivités qui détiennent vraiment les compétences.

 

Il se peut fort dans ces conditions que le Préfet de l’Hérault souhaite, comme pour le SITIVS, la disparition du SIGC dans les années à venir.

 

Plus globalement, l’exercice de la compétence « Eau brute » va nécessiter la mise en œuvre de fonds colossaux (le coût d’un double réseau qui va s’étendre très progressivement dans la plaine agricole et dans les nouveaux quartiers à urbaniser) dont la mobilisation n’est envisageable qu’au niveau des communautés de communes et d’agglomération.

 

Pour mémoire, les réseaux d’eau et d’assainissement en France ont nécessité une capitalisation de l’ordre de 200 milliards d’€ ce qui représente un patrimoine collectif d’environ 7.000 € par ménage français.

 

Ces sommes donnent un ordre de grandeur de l’effort gigantesque qu’il faudra fournir, au moins en Languedoc-Roussillon, pour sécuriser notre approvisionnement en eau en développant la desserte en eau brute.

 

 

Le « Pôle Eau » de Montpellier, dernièrement labellisé par l’Etat comme pôle de compétitivité à vocation mondiale, est un atout dans la grande bataille de l’eau à mener.

23/05/2010

Aqua Domitia : l’eau à la bouche

La Région Languedoc-Roussillon souhaite étendre le début de réseau hydraulique régional construit dans les années cinquante par la Compagnie Nationale d’Aménagement du Bas-Rhône et du Languedoc.

 

Il s’agit de desservir des territoires à ressources déficitaires, identifiés dans le cadre d’une vaste démarche prospective, initiée en 2005 avec les 5 Départements du Languedoc-Roussillon, appelée « Aqua 2020 ».

 

Cette étude a permis aux élus régionaux d’arrêter une stratégie régionale de gestion durable de l’eau qui intègre, certes un programme d’économie d’eau (beaucoup reste notamment à faire en terme de réduction des fuites sur les réseaux d’eau potable) et de maîtrise de la demande, mais aussi un recours à l’eau du Rhône dont le transfert, à terme, irait jusqu’aux portes de Béziers et de Narbonne.

 

L’eau du Rhône, transportée sous pression dans des canalisations de gros diamètre, alimentera les bouches d’irrigation, les bouches d’incendie équipant les réseaux de distribution et servira aussi d’eau de bouche, une fois potabilisée.

 

Cette potabilisation nécessite une oxydation liminaire, une phase de coagulation-floculation-flottation, une double filtration des algues et des matières en suspension, respectivement sur sable et sur charbon actif, ainsi qu’une désinfection curative (aux rayons ultra-violets), mais aussi préventive (au chlore), avant le transport.

 

Actuellement, dans l’Hérault, c’est toute la plaine entre Montpellier et Béziers qui menace de manquer d’eau.

 

En effet, les puits filtrants implantés dans le lit majeur du fleuve Hérault s’avèrent insuffisants pour faire face à la croissance démographique et aux besoins touristiques du Cap d’Agde, de Marseillan-Plage, du Lido de l’étang de Thau ou encore de Frontignan-Plage.

 

Pour l’heure, il y a urgence à desservir en eau brute le Syndicat du Bas-Languedoc qui alimente en eau potable 175.000 personnes l’hiver et 500.000 personnes l’été (estivants des stations balnéaires et habitants de 24 communes : Agde, Balaruc les Bains, Balaruc le Vieux, Bouzigues, Cournonsec, Cournonterral, Fabrègues, Frontignan, Gigean, Lavérune, Loupian, Marseillan, Mèze, Mireval, Montbazin, Murviel les Montpellier, Pignan, Pinet, Poussan, Saint-Jean de Védas, Saussan, Sète, Vic la Gardiole, Villeveyrac).

 

Il est en effet prévu de mettre en service une station de potabilisation à Fabrègues, dénommée Georges Debaille, pour le premier semestre 2011 (production de 30.000 m3/jour d’eau potable, à comparer aux 100.000 m3/jour de capacité maximale actuelle).

 

La canalisation nécessaire recevra l’eau issue du Canal Philippe Lamour et mise sous pression à la station de pompage de la Méjanelle.

 

IMG_4850.JPG

Le terminus du Canal Philippe Lamour à Mauguio, aux confins de Montpellier

 

La Commission Nationale de Débat Public a considéré le 1er juillet 2009 que le « Maillon Sud Montpellier » pouvait être séparé du projet global compte tenu de sa vocation et de son urgence.

 

La canalisation enterrée, d’un diamètre de 1.200 mm, de 15,6 kilomètres de long, devra franchir la Mosson en siphon et acceptera un débit maximum de 2.500 l/s.

 

Plus généralement, la disponibilité de l’eau potable a conditionné historiquement, en Languedoc-Roussillon, tout établissement humain et conditionne aujourd’hui tout développement urbanistique, en milieu urbain comme en milieu rural.

 

Les Anciens se satisfaisaient de sources jaillissant naturellement.

 

L’aqueduc des Arceaux, construit par Henri Pitot à Montpellier, mis en service en 1745, et le Pont du Gard, datant du milieu du 1er siècle, ont respectivement alimenté Montpellier et Nîmes (Nemausus, colonie romaine) en eau potable, tout en permettant le rayonnement de ces deux grandes cités.

 

espi8.jpg

Le Pont du Gard : un aqueduc monumental amenant l'eau d'Uzès à Nîmes

 

Devant les menaces de pénurie d’eau, les pouvoirs publics ont choisi deux stratégies diamétralement différentes dans l’Aude et dans l’Hérault.

 

Dans l’Aude, Paul Riquet donna l’exemple en canalisant les eaux de surface issues de la Montagne Noire (au Seuil de Naurouze, ligne de partage des eaux entre bassins atlantique et méditerranéen).

 

Au 20ème siècle, le Département de l’Aude a mené une politique de grands barrages (Le Lampy, La Ganguise, Montbel Laprade-Basse, Marseillette) et utilise donc depuis des eaux de rivière pour l’irrigation et l’eau potable, profitant de ses reliefs, Pyrénées au Sud et Montagne Noire au Nord, cette dernière étant un véritable château d’eau naturel, au même titre que l’Aigoual dans les Cévennes, avec une pluviométrie annuelle de l’ordre de 2.000 mm.

 

En revanche, dans l’Hérault, ce sont les eaux souterraines (nappe astienne, puits dans les nappes alluviales des grands fleuves comme l’Hérault, karst), mieux protégées des pollutions, qui sont réservées à l’eau potable.

 

Quelques retenues ont certes été créées : Lac du Saut de Vésoles avec un transfert d’eau océanique, Barrage d’Avène (maintenant appelé des Monts d’Orb) et Lac du Salagou. Toutefois, pour les deux premiers, il existe un usage fortement concurrent : la production d’hydro-électricité.

 

so7.jpg

 Le Lac du Salagou, proche de Clermont l'Hérault :

le tourisme s'est imposé face à l'irrigation

 

Quant au Salagou, la concurrence est venue du tourisme qui empêche maintenant sa vidange estivale au moment où les besoins en eau sont pourtant maximaux.

 

Or, l’eau souterraine commence à manquer dans l’Hérault d’où l’idée de recourir à de l’eau superficielle, en l’occurrence l’eau du Rhône dont l’abondance permet un usage en terme d’eau potable mais aussi d’irrigation.

 

L’homme n’a jamais cessé de créer des ouvrages de production et d’adduction d’eau potable : forages, pompages, réservoirs, canalisations, usines de potabilisation, etc.

 

Le « Maillon Sud Montpellier », premier tronçon du grand projet Aqua Domitia, va permettre, quant à lui :

 

-         de sécuriser l’alimentation en eau potable (au profit de 500.000 usagers en période estivale),

 

-         d’alléger la pression sur les milieux aquatiques (le projet d’exploitation de la Source des Cents Fonts devient par exemple moins crucial),

 

-         de maintenir une agriculture diversifiée dans le secteur de Gigean-Fabrègues grâce à l’irrigation (blé dur, maraîchage, semences, oliviers, vignes).

 

La construction de la Voie Domitienne a permis d’irriguer, au sens figuré, la Province Narbonnaise : le projet Aqua Domitia essaie aujourd’hui d’irriguer, au sens propre, le Languedoc-Roussillon.

 

Crédit photographique : Michel Chastaing

13/05/2010

50 ans d’eau du Rhône en Languedoc

La station de pompage « Aristide Dumont » transférant l’eau du Rhône dans le canal Philippe Lamour a été inaugurée en 1960 par le Général de Gaulle.

 

Ce cinquantième anniversaire vient, cette année 2010, ponctuer une grande aventure étatique, volontariste, techniciste et finalement visionnaire.

 

Aristide Dumont, ingénieur saint-simoniste (Saint-Simon étant un des précurseurs du Socialisme français), fut le premier, dans la seconde moitié du XIXème siècle, à proposer de dévoyer une partie des eaux du bassin versant du Rhône vers les bassins versants des fleuves côtiers languedociens alimentant la Méditerranée (Vidourle, Lez, Mosson, Hérault, Orb, Aude, notamment).

 

Le débit d’étiage du Rhône reste généralement supérieur à 500 m3/s et son débit moyen est de l’ordre de 1.700 m3/s.

 

Ce fleuve prenant naissance dans les Alpes possède en effet un régime nival, c’est-à-dire qu’il est principalement alimenté par les eaux de la fonte des neiges et des glaces, ce qui garantit un solide débit l’été, saison où, par exemple, la Loire peut se trouver presque à sec.

 

Si l’idée d’utiliser les eaux du Rhône pour l’irrigation était plus ancienne, c’est la période de reconstruction consécutive à la Libération en 1945 qui sonna le réveil du projet.

 

L’Etat était alors très volontariste et Jean Monnet, Ministre des finances, créa en 1951 les sociétés d'aménagement régional.

La Compagnie nationale d’aménagement du Bas Rhône Languedoc (CNABRL) fut la première à voir le jour en 1955.

 

C’est Philippe Lamour, collaborateur de Jean Monnet, qui obtint in extremis de Pierre Mendès-France, Chef d’un Gouvernement tout juste renversé, la signature nécessaire : celle du dernier décret de Pierre Mendès-France.

 

Ces compagnies d’aménagement étaient le bras armé de l’Etat.

 

Elles ont reproduit des méthodes éprouvées dans les Colonies, notamment au Maroc.

 

Dotée de l’autonomie financière et bénéficiaire d’une concession de l’Etat, la CNABRL a pu construire le Canal, appelé ultérieurement Philippe Lamour, qui prélève par pompage ses eaux dans le Rhône pour les mener aux portes de Montpellier, sur la commune de Mauguio.

 

Ce canal peut véhiculer un débit de 60 m3/s tandis que le Canal des Costières, aussi alimenté par pompage, peut transiter 13 m3/s.

 

La CNABRL a ensuite progressivement installé ses réseaux d’irrigation sous pression, sur des territoires principalement agricoles, appelés « casiers », où elle a le monopole de la distribution d’eau brute.

 

En réalité, l’aménagement fut incomplet et se heurta à la résistance des agriculteurs, arc-boutés sur la monoculture de la vigne.

 

Encore aujourd’hui, il faut parler de surfaces potentiellement irrigables et de surfaces réellement irriguées, bien inférieures (exemple des 35.000 ha irrigués pour 120.000 ha équipés sur le périmètre du Sud de Nîmes desservi par le Canal des Costières, où l’agriculture diversifiée représente pourtant la plus forte demande en eau).

 

IMG_1423.JPG

 L'irrigation peut se pratique au canon, par asperseur,

voire même au goutte-à-goutte

 

En outre, la continuation du Canal Philippe Lamour pour mettre en valeur touristique le littoral au-delà de Montpellier fut abandonnée.

L’avenir de l’eau du Rhône est maintenant dans la potabilisation (transformation de l’eau brute en eau potable) pour faire face à la croissance démographique du Languedoc-Roussillon.

 

En 1993, la CNABRL, dont la culture était très technique et trop peu économique ou commerciale, a connu une grave crise financière qui a menacé son existence même.

 

IMG_1448.JPG

 Les châteaux d'eau de BRL marquent le paysage de la plaine du Bas-Languedoc

 

La Compagnie devint Bas-Rhône Languedoc (BRL) et créa des filiales, dont BRL Exploitation qui distribue l’eau et dont 49 % des parts furent acquises par une société fermière : la SAUR.

 

Les Collectivités locales, essentiellement la Région Languedoc-Roussillon, ont dirigé le sauvetage en souscrivant à l’augmentation de capital, cette dernière permettant de ramener les dettes à un niveau plus admissible.

 

D’autre part, le projet d’amenée d’eau à Barcelone (15 m3/s demandés en son temps) n’est maintenant plus d’actualité.

 

En tant que « projet d’entreprise » de grande envergure, fédérateur et enthousiasmant, ce défi technique et ce challenge humain a eu au moins le mérite de galvaniser, pendant un certain temps, les nombreux techniciens et ingénieurs de BRL.

 

Enfin, l’Etat a récemment rétrocédé à la Région Languedoc-Roussillon, actionnaire majoritaire de BRL, le Canal Philippe Lamour.

 

Actuellement, Bas-Rhône Languedoc utilise, en pointe, moins de 15 % de l’autorisation de prélèvement dans le Rhône alloué par l’Etat.

 

Ce droit d’eau concédé jusqu’en 2.035, égal à 75 m3/s, représente tout de même l’équivalent du débit d’étiage de la Seine ce qui donne une idée de l’abondance d’eau disponible, du moment qu’une utilisation économiquement viable est possible.

 

Pour l’instant, BRL livre en eau brute, à des fins de potabilisation, les villes de Nîmes, de Montpellier (dont l’alimentation repose cependant essentiellement sur la Source du Lez), une partie du littoral méditerranéen et, à des fins d’irrigation, principalement un vaste secteur nîmois mais aussi les secteurs de Lunel et de Mauguio.

 

IMG_1092.JPG

 Soutien de l'étiage du Lez (500 l/s) grâce à l'eau du Rhône,

au Domaine de La Valette, sur la commune de Clapiers

 

L’eau du Rhône est synonyme de grands travaux, de grands investissements et de grands financements.

 

Or, des opportunités locales, comme par exemple l’approfondissement du pompage dans la source du Lez, dont la faisabilité a été démontrée par le Professeur Jacques Avias, sont venues contrarier ce qui aurait pu apparaître comme une solution unique, radicale et miracle à la pénurie d’eau.

 

Toutefois, avec le changement climatique, le souhait de préserver les ressources en eaux souterraines comme les zones humides, le soutien de l'étiage des cours d'eau, la régression de la vigne, le développement du tourisme et la croissance démographique, l’eau du Rhône devient de plus en plus incontournable dans ce Bas-Languedoc en pleine mutation.

 

Avec le projet Aqua Domitia, la longue et lente marche de l’eau du Rhône vers l’Est semble d’ailleurs avoir reprise.

IMG_1429.JPG

 Le canal Philippe Lamour à l'Est de Baillargues, du côté de Saint-Brès

18/11/2009

Les grandes manœuvres sur l’eau potable autour de Montpellier

Autour de Montpellier, la distribution de l’eau potable est du ressort de syndicats des eaux et de quelques communes isolées (Montpellier, Montferrier sur Lez, Prades le Lez, Grabels, Sussargues, etc.).

 

Ces syndicats n’ont pas de fiscalité propre : ils équilibrent ce service public grâce aux recettes de vente d’eau aux usagers.

 

De même, les communes isolées distribuent l’eau dans ce même cadre de ce même service public industriel et commercial (SPIC) équilibré financièrement et comptabilisé dans un budget annexe différent du budget général de la commune.

 

A compter du 1er janvier 2009, la Communauté d’agglomération de Montpellier, qui possède déjà les compétences « Assainissement » et « Distribution d’eau brute », se dote de la compétence « Eau potable ».

 

De même, les communautés de communes qui cherchent à fusionner autour de Montpellier exerceront la compétence eau potable si l’un des partenaires de la fusion détenait déjà cette compétence, ce qui est le cas.

 

Les communautés de communes ou d’agglomération géreront donc en direct la distribution d’eau potable dans les communes précédemment isolées, dans le cadre d’un budget annexe, tandis qu’elles désigneront (à la place des communes antérieurement) des délégués dans les syndicats intercommunaux qui deviendront des syndicats mixtes.

 

Ces derniers continueront à gérer l’eau potable tant qu’une majorité qualifiée des deux tiers des délégués ne vote pas leur dissolution.

 

« Sans bâtir des plans sur la comète », il est prévisible que d’ici quelques années, les communautés de communes et les communautés d’agglomération maîtriseront seules et en direct cette compétence « Eau potable ».

 

Quelle que soit la collectivité territoriale souveraine, c’est elle qui est propriétaire des installations (canalisations, réservoirs, forages, usine de potabilisation, etc.) et qui doit veiller à leur renouvellement.

 

Pour la gestion quotidienne, deux systèmes existent autour de Montpellier :

-         soit la régie directe : la Collectivité utilise ses propres agents et ses propres moyens techniques,

-         soit l’affermage : un contrat négocié dans le cadre de la loi Sapin, appelé affermage, d’une durée maximale de 12 ans, lie la collectivité et un fermier qui s’occupe notamment de la facturation et, moyennant un tarif contractuel, doit « gérer en bon père de famille », notamment en maintenant les installations en parfait état de fonctionnement.

 

Chaque contrat d’affermage est différent : il est le fruit de l’histoire, de la concurrence des candidats initiaux et d’une négociation avec le Président de la collectivité territoriale concernée.

 

Nous allons étudier plus avant les particularités de deux affermages, d’une part de la Ville de Montpellier, et d’autre part du Syndicat Intercommunal de Garrigues-Campagne (SIGC) qui s’étend sur un territoire plus rural (communes concernées : Assas, Baillargues, Beaulieu, Boisseron, Buzignargues, Campagne, Castries, Clapiers, Castelnau le Lez, Fontanès, Galargues, Garrigues, Guzargues, Montaud, Restinclières, Saint-Bauzille de Montmel, Sainte-Croix de Quintillargues, Saint-Drézéry, Saint-Geniès des Mourgues, Saint-Hilaire de Beauvoir, Saint-Jean de Cornies, Saint-Vincent de Barbeyrargues, Saussines, Teyran).

 

L’objectif n’est pas de conclure à la supériorité d’un des deux contrats, détenus, soit dit en passant, par la même société fermière, mais de mettre en exergue leurs spécificités.

 

Le tableau suivant, avec des valeurs arrondies, retrace les principaux indicateurs pour les deux collectivités.

 

 

Montpellier

SIGC

Population

240.000

60.000

Nombre d’abonnés domestiques

25.000

20.000

Nombre d’abonnés non domestiques

8.000

400

Volume d’eau vendu (en m3)

22.000.000

3.500.000

Longueur des réseaux (en km)

650

550

Rendement du réseau

80 %

60 %

Indice de perte en m3/an/km de canalisations

23

13

Nombre de branchements en plomb renouvelés tous les ans

1.600

400

Endettement en millions d’€ de la collectivité

8

3

Prix en €/m3 pour une consommation de 120 m3 par an

de 1,40 (immeuble) à 1,50 (villa)

1,50

Part du fermier dans le prix

70 %

35 %

Part de la collectivité dans le prix

5 %

45 %

Participation du fermier au renouvellement des canalisations en €

600.000

0

Reversement au budget général de la collectivité en €

1.600.000

50.000

Paiement par le fermier d’une redevance d’occupation du domaine public en €

2.500.000

0

 

Le SIGC dessert essentiellement du résidentiel et donc des familles.

 

Avec 4 fois moins d’habitants, le SIGC alimente presque autant d’abonnés domestiques car, à Montpellier, l’eau dessert de nombreux immeubles où cohabitent de nombreux logements.

 

A Montpellier, le coût de l’abonnement est donc souvent divisé entre copropriétaires.

 

Montpellier vend environ 6 fois plus d’eau avec un réseau guère plus long que celui du SIGC.

 

Le réseau de Montpellier, utilisé de façon plus intensive, est beaucoup moins fuyard que celui du SIGC qui nécessite un sérieux effort en terme de recherche de fuites.

 

Toutefois, en terme d’indice de perte, Montpellier est presque au double du SIGC, les fuites dans des canalisations de gros diamètre ayant des débits supérieurs.

 

Le SIGC prélève à son profit 45 % du prix de l’eau ce qui lui permet de faire face au remboursement de sa dette et de mener à bien un programme public de renouvellement des canalisations, totalement à sa charge dans son contrat.

 

La Ville de Montpellier prélève à son profit seulement 5 % du prix de l’eau !

 

Il faut dire que son endettement est très faible, ramené aux mètres-cubes vendus, et que le fermier se charge de payer les travaux de renouvellement (600.000 € par an et 1.000.000 € de 2012 à 2014, terme du contrat), comme l’avenant signé en 2007 du contrat le permet.

 

Quant au prix de l’eau à Montpellier, il serait en réalité de l’ordre de 1,20 €/m3 en immeuble et de 1,30 €/m3 en villa (soit 15 à 20 % de moins que sur le SIGC), si l’on excluait les encaissements annuels de la Ville (1.600.000 € pour « frais d’administration générale » et 2.500.000 € au titre de « redevance d’occupation du domaine public » qui permet à la Commune de Montpellier de reconstituer les chaussées dégradées par les travaux), encaissements qui viennent abonder son budget général et permettent donc de réduire indirectement le niveau d’imposition.

 

D’ailleurs la Ville de Montpellier vient de décider de réduire de 7,8 % le prix de l’eau potable, à compter du 1er janvier 2010, soit 8 centimes d’€ de moins au m3, en décidant en Conseil municipal, en novembre 2009, d’abandonner le remboursement des « frais d’administration générale ».

 

A Montpellier, compte tenu des reversements du fermier à la collectivité (c’est l’inverse qui est illégal pour éviter que le contribuable ne soit substitué à l’usager), les parts respectives du fermier et de la collectivité dans le prix de l’eau sont en réalité respectivement de 55 % et de 20 %.

 

Globalement, l’analyse comparative faite donne une idée de la variété existante entre des contrats qui sont pourtant tous d’affermage et donc du temps et des efforts qu’il faudra pour unifier des services publics existants sous le couvert d’une nouvelle tutelle unique.

 

Il est tout de même rassurant de constater que les tarifs en milieu urbain et en milieu rural sont assez proches ce qui laisse augurer une unification des tarifs autour de Montpellier (à un niveau qui sera vraisemblablement inférieur de 10 % à celui de la moyenne départementale et de 20 % à celui de la moyenne nationale !), sans qu’un usager ait l’impression de payer pour un autre.

 

Châteaud'eauClapiers.jpg

Château d'eau semi-enterré (dit de la Péssiérasse à Clapiers)

1.000 m3 de réserves, soit 1 jour de consommation en pointe l'été pour 2.000 habitants