Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

09/10/2010

La solidarité après le sinistre

Le grand incendie de l’été a détruit 2.500 hectares de pinèdes et de garrigues au Nord de Montpellier.

 

Parti de Fontanès, vers 16 heures, le 31 août 2010, il a semé la désolation sur les communes de Saint-Bauzille de Montmel, Montaud, Sainte-Croix de Quintillargues, Assas, Guzargues, Castries et Teyran.

 

Ce sinistre a été la réédition de celui de 1989, parti de Saint-Bauzille de Montmel et qui avait déjà fortement touché Guzargues, en détruisant globalement 1.600 hectares de nature.

 

C’est le plus important incendie de forêt dans l’Hérault depuis 1973.

 

De nombreuses personnes ont été évacuées notamment par les gendarmes et ont dû laisser, en plein désarroi, leurs habitations : 8 d’entre elles ont brûlées.

 

L’habitation légère où résidait Catherine Garnier, à Montaud, en plein massif forestier, a été quant à elle totalement détruite.

 

Sur l’initiative du Comité Communal Feux de Forêts de Montaud / Saint-Bauzille de Montmel et de son dévoué animateur, Patrick Barbe, une première puis une deuxième journée de solidarité ont été organisées respectivement les dimanches 19 septembre et 3 octobre.

 

A chaque fois, une centaine de volontaires venus des alentours de Montpellier ont nettoyé les restes de l’incendie.

 

En coupant la végétation carbonisée, un pare-feu a été ménagé, long de plusieurs centaines de mètres.

 

La société Languedoc Granulats s'est engagée, quant à elle, à rénover gratuitement le chemin d'accès.

 

Si autant de personnes se sont déplacées, c’est bien sûr sur le coup de l’émotion soulevée par un tel sinistre mais aussi pour rendre à Catherine Garnier un peu de toute l’humanité qu’elle avait prodiguée dans sa vie professionnelle et de bénévole.

 

En effet, cette dernière anime et coordonne l’action de l’Association « Les Jardins de Tara », un club local affilié aux Jardiniers de France.

 

Culture en garrigue avec très peu d’eau grâce notamment à la technique du paillage, sans engrais, approche agro-écologique, conseils de Pierre Morez, un grand de l’agronomie en région sèche, Catherine Garnier a toujours su mettre en avant les savoir-faire qui pourraient permettre de reconquérir des terres aujourd’hui abandonnées.

 

Grande militante du jardin naturel, elle s’est mise au service du jardiner ensemble, toujours avec une grande ouverture aux autres.

 

En venant aider Catherine Garnier à reprendre ses activités pédagogiques de jardinage, les participants aux journées de solidarité ont pris toute la mesure du traumatisme que peut créer une telle dévastation, à aussi grande échelle, au sein de la collectivité bien sûr mais aussi chez les personnes touchées directement.

 

Comment faire pour que ces grands incendies ne se reproduisent plus ?

 

La prévention est déjà maximale, avec notamment :

- un remarquable travail hivernal d’entretien des pistes par les forestiers-sapeurs du Conseil Général de l’Hérault,

- la mise en place de plans de prévention des incendies de forêt et l’application de la loi sur le débroussaillement,

- un réseau de vigies de surveillance,

- le guet armé l’été des sapeurs-pompiers (environ 1.000 ont lutté contre le feu parti de Fontanès),

- la mise à disposition de moyens aériens,

- les patrouilles des comités communaux feux de forêt qui mobilisent des centaines de citoyens volontaires.

 

A l’évidence, les efforts de reboisement consécutifs aux sinistres sont voués à l’échec si le massif forestier, véritable poumon vert au Nord de Montpellier, n’est pas compartimenté par des coupures de combustible de grandes largeurs.

 

Il existe déjà des vignes, des oliviers ou des terres céréalières : elles sont souvent très efficaces pour barrer la route au front de flammes.

 

Encore faut-il que ces cultures perdurent : les viticulteurs et autres agriculteurs doivent donc pouvoir être aidés en vue de maintenir leur activité.

 

Vouloir réinstaller des troupeaux de brebis sur ces terres est certes une bonne idée, tendant à renouer avec une tradition sylvo-pastorale ancestrale.

 

Toutefois, compte tenu du marasme de l’élevage ovin, la vente d’agneaux devrait obligatoirement emprunter un circuit court afin que le prix payé par le consommateur aille en quasi-totalité à l’éleveur.

 

La voie agricole la plus facile à pratiquer est quoiqu’il en soit la culture (notamment le maraîchage Bio) et non l’élevage qui demande des capitaux importants pour l’acquisition du cheptel vivant et mort (machinisme), pour l’édification des bâtiments d’exploitation et pour l’achat de terres arables (au-delà des pâtures à mettre à disposition si possible gratuitement) afin que l’exploitation ne soit pas dépendante de l’excellent, mais très cher, « foin de Crau ».

 

Même les terres céréalières, moissonnées fin juin dans le Midi, sans que le déchaumage ne soit effectué (le chaume est en réalité traditionnellement enfoui au labour ce qui nécessite d’attendre l’ameublissement du sol consécutif aux premières pluies d’automne) sont efficaces pour couper la route au feu.

 

Une sylviculture adaptée et volontaire est aussi nécessaire : elle exige des prélèvements ligneux réguliers en vue notamment de cueillir le Pin d’Alep pour favoriser le Chêne-Vert.

 

Le Pin d’Alep de bon diamètre peut être vendu pour la papeterie tandis que pour les plus petites grumes et les branches une transformation sur site en plaquettes forestières est à développer.

 

Cela signifie que des chaufferies-bois doivent être créées localement afin de bénéficier pleinement de ce combustible bon marché, de proximité, renouvelable et créateur d’emplois comme de richesses.

 

Concernant les reboisements, compte tenu de leur coût et de l’incapacité dans lesquelles se trouvent ensuite des collectivités de les entretenir, ils doivent être réservés aux sites à fort impact paysager et privilégier les essences feuillues comme les chênes, l’érable de Montpellier, le frêne oxyphile, le tilleul argenté, le charme oriental, le cornouiller, le robinier, le févier d’Amérique, l’arbousier et tous les fruitiers comme l’olivier, le cornouiller, le sorbier, le micocoulier, l’azérolier, le jujubier ou encore l’amandier.

 

Pour modifier structurellement notre forêt nord-montpelliéraine, la réalisation de plans de massif est indispensable en vue d’optimiser le réseau de desserte, de modéliser les couloirs de feu et d’étudier l’emplacement des coupures de combustibles.

 

C’est un travail de longue haleine qui doit certes s’appuyer sur la mobilisation des collectivités territoriales mais aussi, sur l’initiative privée, à accompagner financièrement, de paysans établis ou désirant s’installer, soucieux de mieux occuper l’espace en développant une agriculture sociale de proximité, riche de ses produits mais aussi de ses services à la population.

 

DSC_0140.JPG

De l'habitat léger, il ne reste plus rien

 

DSC_0025.JPG

Le paysage est désolé après le désastre et une odeur âcre de fumée subsiste

 

DSC_0015.JPG

Un groupe de volontaires au travail avec tronçonneuses, sécateurs, cisailles et serpettes

 

 

DSC_0041.JPG

 

 Un travail de déblaiement qui demande beaucoup de bras

 

 

DSC_0147.JPG

 

 Les bénévoles des CCFF du Nord de Montpellier se sont mobilisés en nombre

 

 

DSC_0209.JPG

 

Fin de chantier : lavage des traces de suie avant le pique-nique partagé en commun
Crédit photographique : Patrick Barbe

02/08/2009

Honneur au pompier volontaire André Jeanjean

La garrigue et la pinède occupent de larges espaces dans les villages avoisinants Montpellier.

Du fait du climat méditerranéen, associant l’été canicule, sécheresse et vent, nos forêts sont d’une grande vulnérabilité au feu.

Le danger est surtout présent par vent du Nord avec des incendies qui progressent rapidement vers le Sud et empruntent des couloirs de feu plus ou moins larges.

Les anciens ont gardé le souvenir du sinistre incendie du 26 juillet 1981, aux portes de Sainte-Croix de Quintillargues, de Guzargues, d’Assas, de Prades le Lez, de Montferrier sur Lez et de Clapiers.

Ce feu de forêt, d’origine criminelle, a parcouru des centaines d’hectares de pinèdes et de garrigues et conduit à la disparition du jeune sapeur-pompier volontaire, André Jeanjean, originaire de Saint-Mathieu de Tréviers.

Ce dernier est décédé dans le brasier en combattant l’incendie. Il est mort en essayant de protéger nos concitoyens.

Tous les ans, son sacrifice est honoré, en présence de la famille et du Préfet, des pompiers, des forestiers-sapeurs, de la gendarmerie, des bénévoles des comités communaux feux de forêt (CCFF) et des élus locaux.

La cérémonie a lieu devant la stèle qui lui est dédiée sur le territoire clapiérois.

IMG_8421.jpg

Les pompiers honorant André Jeanjean, tombé au feu

PICT1197.JPG

Les élus locaux et le Préfet pour la minute de silence

PICT1208.JPG

L'allocution de Pierre Maurel, Maire de Clapiers

IMG_8423.jpg

Les bénévoles des CCFF toujours présents

PICT1300.JPG

La stèle fleurie, après la cérémonie

Depuis, la forêt a été replantée en cèdres de l’Atlas et en pins pignon. Des citernes d’eau ont été installées, des pistes tracées et régulièrement entretenues, un tour de gué installée à Teyran et une vigie implantée sur un château d’eau à Clapiers.

Les pompiers ainsi que les forestiers-sapeurs, financés par le Conseil général de l'Hérault, pratiquent en saison le « gué armé », c’est-à-dire que des unités opérationnelles sont prépositionnées sur le terrain dans l’attente d’une alerte.

En outre, les communes du Nord de Montpellier se sont dotées d’un plan de prévention des risques d’incendie de forêt (PPRIF) : Assas, Clapiers, Montferrier sur Lez, Prades le Lez, Saint-Mathieu de Tréviers, Saint-Vincent de Barbeyrargues, Le Triadou dans un premier temps, puis Combaillaux, Grabels, Les Matelles, Saint-Clément de Rivière, Saint-Gély du Fesc, Juvignac, Montpellier, Murviel lès Montpellier, Pignan et Saint-Georges d’Orques.

Pour plus d’information sur ces PPRIF, se reporter sur le site de la Préfecture de l’Hérault.

Ce dispositif, opposable aux tiers, permet de limiter la cabanisation, d’interdire l’implantation d’habitat en zone dangereuse et pousse aux respects de l’obligation légale de débroussaillement (dite OLD) par les propriétaires d’installation (maison, mazet, caravane, etc.).

Les membres des CCFF patrouillent, quant à eux, tout l’été, dans leur tenue orange caractéristique, pour informer inlassablement du risque les riverains, les promeneurs et surveiller qu’il n’y a pas de départ de feu.

L’Etat met aussi en œuvre d’impressionnants moyens aériens.

Malgré ce dispositif très lourd, il y a moins d’un an, les communes de Clapiers et de Montferrier ont connu, le 23 août 2008, les affres d’un nouvel incendie. Ce dernier a ravagé 18 hectares de pinèdes.

Malgré une alerte rapide, le front de flamme s’est développé sur une largeur d’environ 200 mètres. Dans sa phase terminale, le feu, quand bien même cantonné à près de 500 mètres des premières habitations par un secteur agricole infranchissable, a donné l’impression de menacer la zone urbanisée.

Heureusement, les secours sont intervenus très rapidement. D’abord, deux Beechcraft, avions légers faisant le plein sur l’aéroport de Candillargues et l’hélicoptère de commandement. Ensuite, des pompiers au sol, au nombre d’environ 150, répartis dans une cinquantaine de véhicules, dont certains d’appui logistique (camions citerne, cellules d’assistance respiratoire, restauration). Puis une seconde vague de moyens aériens, dite de niveau national, est parvenue sur place, guidés par un nouvel hélicoptère.

En tout, 8 avions ont œuvré conjointement : des Canadair, des Tracker et même un Dash 8 qui peut emporter 11 m3 d’eau. Tous ont pu écoper en mer, à moins de 15 km, d’où une grande efficacité dans les interventions.

Les sapeurs-pompiers, les forestiers-sapeurs et les bénévoles des comités communaux feux de forêts (Clapiers, Montferrier, Assas, Teyran, Saint-Clément, Montaud-Saint Bauzille de Montmel) ont ensuite effectué un travail inlassable, toute la nuit, pour étouffer les reprises de feux.

Sans parler de mise à feu criminelle, la moindre imprudence peut être à nouveau sanctionnée par un drame écologique, au mieux, humain au pire.

IMG_4182.jpg

Les stigmates laissés par le feu du 23 août 2008

IMG_4282.jpg

Un largué aérien sur une reprise de feu le lendemain

Crédit photos, tous droits réservés :
Peter Kroger (photos 2, 3 et 5) et Michel Chastaing (photos 1, 4, 6 et 7)