Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

28/05/2014

Nouvelle Donne à Montpellier

Nouvelle Donne a réuni de très nombreux Montpelliérains et Héraultais jeudi soir 15 mai à la salle municipale Guillaume de Nogaret, proche du Peyrou.

L’assistance était très variée : syndicalistes, intellectuels, économistes, militants sociaux, acteurs économiques, chômeurs et précaires, acteurs associatifs, simples citoyens, …

 

Pierre Larrouturou, Président de Nouvelle Donne, Patrick Bauvillard, Co-Président, Cécile Monnier et Joseph Boussion, têtes de liste de la grande région Sud-Ouest (Aquitaine, Midi-Pyrénées, Languedoc-Roussillon) sont intervenus pour présenter le programme de Nouvelle Donne aux toutes prochaines élections européennes de dimanche 25 mai.

 

Loin de l’effondrement idéologique et démocratique du Parti Socialiste, loin du bonapartisme de l’UMP, très loin du caporalisme du Front National, les vieux partis aux recettes éculées, Nouvelle Donne incarne la nouveauté, la fraîcheur en politique.

 

Forte volonté politique face aux forces de l’argent, forte ambition en matière sociale et démocratique pour l’Europe, focalisation forte sur l’éducation, l’emploi et le pouvoir d’achat, voilà ce qui caractérise Nouvelle Donne.

 

Ce nouveau parti, créé le 28 novembre 2013, s’est donné une charte pour fonctionner dans l’écoute des adhérents, dans la démocratie et dans la participation : les candidats aux européennes ont notamment été désignés par des groupes de militants tirés au sort et le débat est accessible à tous en ligne.

Les listes de Nouvelle Donne ressemblent à nos concitoyens.

Trois grands humanistes ont été cités par les intervenants.

Vaclav Havel, symbole de la liberté retrouvée en Europe centrale, acteur de la « Révolution de velours » en 1989 qui s’inquiétait dans une phrase elliptique et universelle : « Notre pays ne fleurit plus ».

D’où la volonté de tourner le dos au mensonge, de ne plus subir, d’inventer la politique qui va avec notre temps.

D’où la nécessité de redonner la parole aux forces vives de notre nation.

Pierre Mendès-France qui avait annoncé sa démission sous un mois à défaut de conclure la paix en Indochine où la France s’enlisait et venait de subir la terrible défaite de Dien Bien Phu et qui incarne une conception exigeante de la politique, altruiste et responsable devant nos concitoyens.

Stéphane Hessel, mondialement connu pour son manifeste « Indignez-vous », résistant, humaniste, lui aussi homme de gauche et européen convaincu, dont Nouvelle Donne est le fils spirituel.

Le Collectif « Roosevelt », fondé en 2012, notamment par Stéphane Hessel, Susan George (candidate aujourd’hui), Pierre Larrouturou, Edgar Morin, Michel Rocard, a largement inspiré les principales réformes économiques, financières, sociales et environnementales figurant au programme de Nouvelle Donne (la « traduction » du si fameux « New deal »).

Au-delà de ces références historiques et morales fortes, l’espoir mis dans de nouvelles pratiques politiques était palpable dans la nombreuse assemblée.

Trois adhérents sont venus témoigner des raisons de leur engagement.

Le premier a cité Jacques Julliard : « Si l’élection est l’honneur de la démocratie, la réélection est son fléau. »

Il a personnellement trouvé « l’endroit où il peut s’émanciper de la pensée unique ».

Il souhaite participer à un processus neuf ce qui nécessite d’être formé dans un cadre d’éducation populaire.

L’intervention de la seconde a été un grand moment d’émotion, avec une militante maintenant retraitée, fille d’émigrée, exilée et qui, initialement privée du droit de vote, « n’a pu que s’engager syndicalement pour être citoyenne ».

Pour elle : « La terre est ma patrie et l’humanité ma famille ».

Elle a fait partie du groupe de militants qui ont magistralement organisé la soirée : « Je suis, j’existe, j’agis » et elle revenue pendre sa place à l’accueil dès son intervention terminée.

Pour le dernier : « Je suis en train d’opérer mon sursaut citoyen ».

Ce qui est bien entendu en phase avec Nouvelle Donne qui veut « « vivifier l’énergie démocratique ».

Plus globalement, ce nouveau parti a compris que : 

  • Cette nième crise - à la fois économique, sociale, environnementale, européenne et de la démocratie insuffisamment participative – est le signe de la fin d’un monde ce qui oblige donc une métamorphose,

  • La course à la croissance n’est plus la solution pour sortir du chômage,

  • Le renouvellement des pratiques politiques est indispensable.

Le programme pour les Européennes de Nouvelle Donne propose : 

  • de créer une avant-garde de pays éclairés, fédérée dans le cadre de coopérations renforcées (c’est déjà le cas pour l’Euro ou l’Espace Schengen), pour obtenir un traité de convergence sociale, un financement économe de la dette publique, plus de justice fiscale et une lutte efficace contre les paradis fiscaux,

  • de stimuler l’emploi dans les domaines des économies d’énergie (bâtiment, transport, résidentiel, tertiaire, etc.) et du développement des énergies renouvelables,

  • de moraliser les activités bancaires, d’appuyer la création et le développement des PME, de partager le temps de travail, de répondre à la pénurie de logements, d’améliorer le pouvoir d’achat des Français,

  • de tendre vers une démocratie renouvelée en politique et dans l’entreprise.

Le vote aux Européennes pour Nouvelle Donne est un vote éminemment utile pour éviter de s’enferrer à nouveau dans des schémas de pensée anciens et de repiquer à nouveau vers des mesures économiques déjà éprouvées pour leur inefficacité.

- Pour voir la vidéo de la réunion publique -

IMG_6424.JPG

Le bel accueil de Montpellier réservé à Nouvelle Donne

IMG_6404.JPG

Une tribune, des témoignages d'adhérents et la parole à la salle

IMG_6409.JPG

Les candidats attentifs aux réactions de la salle

IMG_6421.JPG

Pierre Larrouturou dans sa réponse à une question sur la lutte contre le chômage

 

Crédit photographique : Michel Chastaing

25/09/2011

Des Primaires près de chez vous

Les dimanches 9 et 16 octobre, de 8 h à 18 h, les citoyens de Gauche pourront choisir démocratiquement leur représentant à l’élection présidentielle de 2012. 

C’est une première historique en France : un grand parti s’en remet, en toute confiance, à ses électeurs et à ses sympathisants (plusieurs millions) au lieu de réserver cette désignation à ses seuls militants.

 

Les sondages nationaux annoncent près de 4 millions de participants, ce qui serait un grand succès populaire.

 

Sont candidats (ordre du tirage au sort national) :

- Arnaud Montebourg

- Martine Aubry

- Jean-Michel Baylet

- Manuel Valls

- François Hollande

- Ségolène Royal

 

Les Primaires citoyennes des 9 et 16 octobre 2011 sont ouvertes à tous les citoyens :

 

- inscrits sur la liste électorale des votes républicains (plus les jeunes devant atteindre 18 ans avant la Présidentielle et inscrits par Internet avant le 13 juillet 2011) du moment qu’ils se rendent dans leur bureau de vote de rattachement (voir carte en bas de note et le site http://www.lesprimairescitoyennes.fr),

 

- qui adhèrent aux valeurs de gauche (une charte sera affichée à l’entrée du bureau de vote et l’émargement vaudra acceptation de son contenu),

 

- qui s’acquittent d’une contribution d’au minimum 1 euro pour participer aux frais du scrutin.

 

Le vote respectera strictement le modèle des votes républicains : vérification de l’identité, vote sous enveloppe, passage dans un isoloir, urne sous clefs, présence de délégués des candidats, destruction des listes électorales et d’émargement après le dépouillement (particularité des Primaires citoyennes), proclamation publique des résultats, centralisation sécurisée des résultats.

 

Le vote par procuration n’est pas admis.

 

Le scrutin comprendra deux tours (sauf si un candidat atteint la majorité absolue à l’issue du premier tour), respectivement les dimanches 9 et 16 octobre 2011, ouvert aux seuls citoyens inscrits sur la liste électorale ou la liste complémentaire de Clapiers : aucune inscription ne pourra se faire sur le bureau de vote.

 

189 bureaux de vote sont prévus dans l’Hérault et environ 10.000 en France.

 

Les grandes villes auront plusieurs bureaux de vote :

 

- 2 respectivement à Bédarieux, Ganges, Clermont-l’Hérault ou encore à Lodève, où à chaque fois un bureau sera réservé à la ville-centre et un second dédié aux communes périphériques,

 

- 2 à Mèze, 3 à Lunel, 4 à Mauguio, 4 à Frontignan, 4 en Agde, 4 à Sète, 8 à Béziers et enfin 60 à Montpellier.

 

Les villes moyennes, essentiellement regroupées autour de Béziers et de Montpellier, seront dotées d’un bureau de vote unique (même lorsqu’elles connaissent plusieurs points de vote lors des élections républicaines).

 

Enfin, les électeurs des petites communes seront rattachés à un bureau de vote dans une commune proche.

La carte de la géographie politique du vote, en fin de la présente note, donne une idée de la densité des points de vote, traduisant bien une volonté de proximité afin de favoriser au mieux l’expression du peuple de Gauche.

A part dans le Nord-Est de Montpellier où notamment les communes de Guzargues et de Galargues ont été manifestement confondues, les rattachements géographiques sont cohérents.

108 communes de l’Hérault, sur 343 au total, ont au moins un bureau de vote.

Pour connaître la localisation exacte de son bureau de vote de rattachement, le mieux est de visiter le site : http://www.lesprimairescitoyennes.fr

Le site donne l’adresse précise du bureau de vote de rattachement, à partir du code postal, voire du nom du bureau de vote républicain habituel dans les grandes villes (table de correspondance).

Beaucoup de sections socialistes vont éditer des tracts informatifs, ciblés sur leur village ou leur canton en milieu rural, afin d’éclairer au mieux la population.

 

L’expression populaire fera suite au débat démocratique animé par les 6 candidats partout en France sur les priorités du programme de gouvernement de la France.

 

Le Parti Socialiste a misé sur un processus de désignation moderne, ouvert et transparent, exemplaire sur le plan démocratique.

 

Une grande adhésion populaire des citoyens et des militants de Gauche aux « Primaires citoyennes » sera annonciatrice d’une dynamique de succès permettant de porter, en mai 2012, un Président de Gauche à la Présidence de la République.

 

primaires citoyennes,présidentielle,gauche,parti socialiste,candidats,élection présidentielle,bureau de vote,élections républicaines,hérault

03/07/2010

La rénovation du Parti Socialiste

Le peuple des militants socialistes héraultais s’est réuni en Assemblée générale le mardi 22 juin 2010 à Mauguio pour débattre de la Rénovation du Parti Socialiste et examiner les amendements au texte national proposés par les sections socialistes du département.

 

 

AGPSMauguio22062010N2.jpg

Sylvette Jeantet, Laurent Pradeille et Philippe Vidal lançant le débat

L’Hérault compte une centaine de sections pour environ 5.000 encartés : c'est la 5ème fédération française par le nombre des militants.

 

Le texte national proposé a ensuite été approuvé lors d’un vote, section par section, le jeudi 24 juin que ce soit au niveau départemental ou que ce soit au niveau national : 77 % Pour, 14 % Contre et 9 % de blancs ou nuls.

 

Une Convention nationale permettra aux délégués des fédérations de ratifier, au Carrousel du Louvre, le 3 juillet 2010, cet important texte sur la rénovation du Parti Socialiste.

 

Que recouvre le slogan choisi : « Primaires, renouvellement, parité, diversité » ?

 

Concernant la Présidentielle, le Parti Socialiste souhaite une concurrence à Gauche et une présélection du candidat, socialiste ou non, qui portera ses couleurs afin d’éviter un affrontement fratricide du type de celui vécu le 22 avril 2002 où Lionel Jospin fut éliminé dès le premier tour et le Front National présent au second.

 

Ces primaires ouvertes seront tranchées par tout Français justifiant de son inscription sur la liste électorale, s’engagent sur l’honneur à partager les valeurs de la Gauche et cotisant 1 euro pour participer aux frais du scrutin, organisé dans un grand nombre de communes.

 

Cette désignation démocratique augurera d’une dynamique derrière le candidat majeur de la Gauche dont les chances de gagner seront « décuplées ».

 

Il ne s’agit pas d’imposer le bipartisme mais de s’adapter à la bipolarisation du second tour de l’élection présidentielle.

 

Cette dernière est en effet le choix d’un homme ou d’une femme pour diriger le pays et l’élimination de son concurrent.

 

 

AGPSMauguio22062010N1.jpg

Laurent Pradeille, Secrétaire de la Section de Mauguio

et Sébastien Denaja, Secrétaire de la Section de Sète 2, menant les débats

 

 

Concernant le renouvellement des cadres au sein du Parti Socialiste, il est intéressant de citer Arnaud Montebourg : « Rien ne sera plus jamais comme avant au Parti Socialiste ! Fini le temps des éléphants et place aux jeunes lions ! » (Libération du 18 juin 2007).

 

Cette prise de position provocatrice ne l’a pas empêché d’être désigné par Martine Aubry, Première Secrétaire du Parti Socialiste à la tête de la Commission de Rénovation du Parti.

 

Bien sûr, l’intéressé cumule des mandats de député et d’exécutif local (président de conseil général), n’est pas une femme et ne fait pas parti d’une minorité visible.

 

Bien sûr, l’intéressé venu dans l’Hérault a préféré snober la « base » en organisant une conférence de presse sur la rénovation du Parti à Montpellier, en s’assurant un one man-show à Frontignan et en évitant le débat départemental officiel organisé le même jour à Mauguio, assemblée dont il est fait état au début de ce cette note.

 

Comment donc les jeunes lions vont-ils pouvoir succéder aux éléphants ?

 

Disons tout de suite qu’il ne s’agit pas d’une fin en soi car l’âge n’est pas une garantie de dynamisme.

 

Toutefois, le texte proposé frappe un grand coup en décidant unilatéralement (les autres partis ne pourront y être assujettis que s'ils se l'appliquaient eux-mêmes ou si le Parlement le décidait après les élections de 2012) le non cumul des mandats pour les parlementaires.

 

En réalité, il s’agit de rendre incompatible pour les élus socialistes le cumul de la charge de député ou de sénateur et d’un exécutif local : maire-adjoint ou maire, vice-président ou président d’une communauté de communes, d’agglomération ou urbaine, d’un conseil général ou d’un conseil régiona).

 

Le texte, approuvé et intégré dans les statuts du Parti Socialiste, limite aussi au nombre de 3 les mandats électifs successifs dans la même fonction.

 

En outre, pour éviter le « tous contre un » ou le « tous contre une », seuls les représentants des motions arrivées aux deux premières places lors des Congrès triennaux pourront briguer les suffrages des militants socialistes en vue de devenir Premier Secrétaire national.

 

Cette nouvelle clause évitera le cas de figure consécutif au Congrès de Reims où Bertrand Delanoë (représentant la seconde motion) a prêté main forte, une fois distancé au premier tour, à Martine Aubry (représentante de la troisième motion) qui a finalement coiffé sur le fil Ségolène Royal (pourtant représentante de la motion - largement - majoritaire).

 

 
AGPSMauguio22062010N3.jpg

Une partie de l'assistance rassemblée pour un débat démocratique

Concernant l’application de l'égalité vis-à-vis des femmes, du renouvellement et de la diversité, la parité intégrale sera appliquée dans l’ensemble des instances du Parti.

 

Notamment pour les élections législatives de 2012, le Parti Socialiste présentera au moins 50 % de femmes et visera l’objectif ambitieux de 50 % d’élues.

 

Cette grande avancée que les Français devraient plébisciter ne sera toutefois positive que si les députés socialistes sortant ne sont pas systématiquement reconduits aun niveau de l'investiture, ce qui entraînerait l’éviction des hommes jeunes.

 

Afin de permettre aux nouveaux candidats (il est important que la variété de profession, d’origine, de parcours, existante dans la société française soit respectée) de s’implanter le plus tôt possible, le Bureau national du Parti Socialiste définira en décembre 2010 un nombre de circonscriptions réservées au renouvellement et à la diversité.

 

Ces nouveaux candidats seront parrainés par les grands élus locaux.

 

 

AGPSMauguio22062010N4.jpg
Michel Chastaing, Secrétaire de la Section de Clapiers, intervenant sur les Primaires
et plaidant pour des cotisations proportionnées aux moyens financiers des militants
 
 

Le Parti Socialiste change : il se modernise pour mieux représenter les Français et pour être en capacité de gouverner au mieux la France.

 

Le Parti Socialiste de l’Hérault, toujours dirigé par une large majorité de camarades ayant voté pour la motion emmenée au Congrès de Reims par Vincent Peillon et Ségolène Royal, contribue activement à cette rénovation.

 

Crédit photographique : Florent Bellouard