Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

05/09/2009

La nature au coeur de nos villages

La nature méditerranéenne est généreuse. Elle prospère dans nos rivières aux portes de nos villages.

Une libellule au vol rapide, le Gomphe à pinces (Onychogomphus forcipatus / ordre des Odonates / sous-ordre des Anisoptères / famille des Gomphidae) prospère grâce aux zones humides.

Le Gomphe à pinces chasse les insectes. Il n’hésite pas à s’éloigner des cours d’eau pour battre la garrigue à la recherche de proies.

Son vol est rapide. Lors de ses rares pauses, cette libellule préfère les galets comme lieu de repos.

IMG_8193.JPG

 

Un Gomphe à pinces au repos



Le Gomphe possède à l’extrémité de son corps une « sorte de pince à sucre ».

IMG_8187.JPG

 

Des airs d’avion de transport !



Les larves vivent dans l’eau. Elles sont très voraces. Elles expulsent de l’eau pour se projeter sur leur cible. Elles consomment d’abord des organismes monocellulaires puis des gastéropodes, des insectes et même des têtards ou des petits alevins. Plusieurs mues ont lieu et, à chaque fois, ces dernières laissent comme témoignage une enveloppe appelée exuvie.

IMG_8391.JPG

 

Pause dans la fraîcheur du soir



L’insecte vit cinq mois de mai à septembre.

Crédit photos : Michel Chastaing

23/08/2009

La nature au coeur de nos villages

La nature méditerranéenne est généreuse. Elle prospère dans nos rivières aux portes de nos villages.

Un élégant insecte : le Caloptérix vierge méridional (traduction littérale de son nom scientifique : Calopterix virgo meridionalis / ordre des Odonates / sous-ordre des Zygoptères / famille des Calopterygidae).

Le Caloptérix est facile à observer car il se pose souvent sur le feuillage. C’est son perchoir d’où il s’envole pour chasser les insectes.

En Espagne, on parle de « caballito del diablo ».

Ce n’est pas une libellule : en effet, ces dernières ont des ailes séparées au repos, horizontales ou légèrement inclinées. Au contraire, le Caloptérix joint ses ailes contre son corps.

De même, ses yeux sont séparés contrairement à ceux de la libellule.

Le cycle de vie est toutefois semblable, avec notamment une ponte des œufs et un développement des larves en milieu aquatique (ruisseaux frais) ainsi qu’une prédation des insectes. La larve connaît plusieurs mues.

IMG_8338.jpg

Calopterix virgo meridionalis mâle


Ce sont surtout les ailes d’un bleu profond et irisé qui attire la vue : il s'agit du mâle. Cette coloration se continue jusqu’à l’extrémité des ailes ce qui fait la différence avec d’autres espèces (comme le Calopterix xanthostoma ou le Calopterix splendens, moitié bleu seulement).

IMG_8266.JPG

Calopterix splendens (seule la seconde moitié des ailes est bleue)


La femelle a un corps vert et ses ailes sont plus claires. Elle possède une tache blanche près de l’extrémité de ses ailes.

IMG_8304.JPG

Calopterix virgo meridionalis femelle


Crédit photos : Michel Chastaing

16/08/2009

La nature au coeur de nos villages

La nature méditerranéenne est généreuse. Elle prospère jusque dans nos villages et nos jardins.

Un bel insecte butineur : le Moro-Sphinx.

IMG_9004.jpg


Un nom énigmatique pour nommer un insecte dont la chenille, verte ou brune, porte une corne près de la pointe anale et se dresse, en cas de danger, comme le Sphinx d’Egypte.

Il s’agit pour les botanistes du Macroglossum stellatarum.

Il est vrai qu’en latin, stella signifie étoile, comète, étoile filante ou encore ver luisant, mais aussi étincelant.

Le moro-sphinx a des allures de colibri, cet oiseau-mouche absent d’Europe.

Il est sédentaire en Méditerranée mais il colonise tous les ans l’Europe centrale et septentrionale lors de grandes migrations.

Il pond sur le Gaillet (Galium sp.) mais aussi sur la Garance voyageuse (Rubia peregrina) et la Garance des teinturiers (Rubia tinctorium), plantes communes sous notre climat méditerranéen.

IMG_9006.jpg


Les ailes de ce lépidoptère battent tellement vite qu’elles sont difficiles à discerner. Malgré son corps qui paraît lourd, son déplacement est en réalité rapide et précis.

En vol stationnaire au dessus des fleurs, il prélève inlassablement le nectar aux heures chaudes de la journée.