Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

25/06/2011

Primaires citoyennes du Parti Socialiste : mode d’emploi

Le Parti Socialiste innove cette année en organisant des Primaires citoyennes pour désigner, les dimanches 9 et 16 octobre 2011, son candidat à l’élection présidentielle.

Les militants socialistes ont approuvé le choix des Primaires lors de la Convention nationale sur la rénovation du Parti Socialiste le 3 juillet 2010.

Le taux d’approbation a été de 76 %, certains militants socialistes ne souhaitant cependant pas se dessaisir de leur pouvoir de désignation.

Le souvenir de Ségolène Royal, plébiscitée par la population comme par les sympathisants et moins par les militants, était encore en mémoire de certains.

C’étaient précédemment les 130.000 adhérents du Parti Socialiste qui se chargeaient de désigner leur candidat, souvent d’ailleurs le Premier Secrétaire National.

Dans l’Hérault, cela concerne 4.290 militants, soit 3 % du corps électoral alors que la démographie héraultaise ne pèse que 1,5 % sur la France entière !

Par le jeu des absences le jour du scrutin ou de l’abstention (le vote étant au PS personnel et procuration ou vote par correspondance étant proscrits), ce sont à peine 100.000 Français, certes militants, qui décidaient pour les millions d’électeurs de Gauche.

En octobre 2011, les Français devraient être près de 3 millions à venir désigner le candidat du Parti Socialiste qui sera en réalité porteur des espoirs de toute la Gauche.

D’ailleurs, d’autres partis politiques devraient soutenir ce candidat pour la Présidentielle, dès le premier tour.

L’élection présidentielle est l’élection reine : c’est la seule où l’abstention est résiduelle (par exemple en 2007 à Clapiers, même si c’était le record de citoyenneté des communes de plus de 3.500 habitants et donc difficilement généralisable, 96 % des 3.500 électeurs se sont prononcés soit au premier, soit au second tour et 92 % à chacun d’eux).

L’engouement pour les Primaires socialistes est très fort chez le peuple de Gauche.

 

Echaudés par l’exclusion de Lionel Jospin du second tour le 21 avril 2002, les électeurs se partageront à Gauche très majoritairement entre le pôle écologique et le pôle socialiste : c’est l’expression du vote utile.

 

Cette bipolarisation à Gauche sera accompagnée d’une tripolarisation à Droite avec un vote Centre / UMP / Front National.

Cette ventilation du vote à Droite va forcément pénaliser le Chef de l’Etat sortant.

Certains évoquent « l’inconstitutionnalité » d’une telle consultation : comme par hasard, ceux qui la craignent en terme de dynamique socialiste ou de Gauche ou encore en terme d’une désignation différente de celle qui serait issue d’un vote interne au Parti Socialiste.

C’est oublier un peu vite que la liberté, notamment celle d’expression, valeur fondamentale mise en exergue par notre Révolution de 1789, prime.

En outre, la Constitution ne peut être opposée qu’aux lois, décrets et circulaires votés ou édictés respectivement par le législatif et l’exécutif de notre République.

Seule la récente directive du Ministère de l’Intérieur, cadrant l’aide que peuvent apporter les communes, est peut-être attaquable sur ce point, ce qui n’a comme par hasard pas été le cas à ce jour.

La liberté de s’associer, notamment en partis politiques, existe et la puissance publique ne peut s’opposer qu’à ce qui est illégal ou troublerait l’ordre public.

 

Ce n’est manifestement pas le cas puisque aucun texte ne s’y oppose d’une part et que, d’autre part, ces Primaires soulèvent la sympathie et l’enthousiasme des Français.

 

Quelles seront les modalités pratiques de ces Primaires socialistes ?


Le scrutin de ces Primaires doit être empreint d’un grand respect de la démocratie : il doit être exemplaire et transparent.

De ce fait, ce sont les listes électorales officielles locales qui serviront de socle électoral.

Les règles présidant à un scrutin républicain classique seront de mises : bulletins en nombre suffisant, enveloppes, isoloirs, production de sa carte d’électeur et d’une pièce d’identité, urne en plexiglas à double serrure, présence d’assesseurs de sensibilités variées à Gauche et de délégués des candidats, dépouillement public, publication des résultats et consolidation au niveau départemental (une Commission départementale de recensement des votes existe) puis national (transmission des résultats de chaque bureau de vote par SMS sécurisé ou Audiotel).

Une charte sera affichée à l’entrée du bureau de vote et l’émargement vaudra acceptation.

Qui pourra voter ?

Non seulement tous les citoyens inscrits sur la ou les listes électorales des bureaux de vote républicains concernés mais aussi tous les mineurs qui auront 18 ans avant l’élection présidentielle de 2012 et les mineurs de plus de 16 ans au jour du scrutin des Primaires appartenant au Mouvement des Jeunes Socialistes.

Attention pour ces jeunes citoyens : afin de les intégrer dans les litses électorales - qui seront ensuite intangibles - il est nécessaire de s'incrire sur le site lesprimairescitoyennes.fr avant le 13 juillet 2011.

D'autre part, le vote par procuration ne sera pas autorisé.

Où pourra t’on voter ?

Le principe est de créer un maillage territorial de proximité sans qu’il y ait autant de bureaux de vote que pour les scrutins républicains (plus de 50.000 !).

L’idée est d’avoir un bureau de vote pour 2.000 électeurs de Gauche et au moins un bureau de vote par canton, en milieu rural.

 

Ségolène Royal a obtenu en 2007 environ 9,5 millions de suffrages au premier tour et presque 17 millions au second.

 

Dans l’Hérault, il est prévu environ 200 bureaux de vote (à comparer au nombre de 343 communes).

 

Le scrutin sera organisé sous l’autorité du Secrétaire de la Section du Parti socialiste local, personnalité légitime et ancrée localement.

 

Une anomalie dans un bureau de vote entacherait l’ensemble du scrutin national, d’où la grande vigilance des élus du Parti à veiller à un parfait déroulement du scrutin.

 

Ces Primaires citoyennes sont ouvertes à tous les citoyens adhérents aux valeurs de Gauche.

 

Afin de l’attester, chaque participant au scrutin signera un engagement écrit à les soutenir.

 

En outre, une participation symbolique minimale de 1 € sera demandée afin de couvrir les frais d’organisation des deux scrutins.

 

A n’en pas douter, les sections du Parti Socialiste se feront un point d’honneur de favoriser une ambiance festive avec un accueil de qualité et une mise à disposition de boissons comme de documentation militante.

 

Quels seront les candidats ?

 

Les candidatures aux Primaires citoyennes doivent être déposées avant le 13 juillet 2011.

 

François Hollande, Ségolène Royal, Manuel Valls, Arnaud Montebourg, candidats déclarés et Martine Aubry vraisemblablement, s’affronteront lors du premier tour.

 

Et après les Primaires citoyennes ?

 

Il est clair que sitôt les Primaires closes, la campagne électorale pour la Présidentielle sera lancée à Gauche.

 

La candidature du candidat investi aux Primaires, fort de sa large légitimité, sera portée par un large rassemblement  populaire.

 

Jamais un candidat socialiste n’aura bénéficié d’un tel élan démocratique et militant.

 

Pour que les Primaires soient réussies, il faudra cependant que certaines conditions soient réunies :

-         une campagne de chaque candidat respectueuse des autres candidats en lice,

-         une campagne qui éclaire suffisamment les électeurs potentiels des choix de société proposés, sur la façon de gouverner envisagée, sur la capacité à gouverner du candidat,

-         une campagne qui ne dévoile pas un programme présidentiel ce qui rendrait creuse la vraie campagne pour la Présidentielle,

-         bannir des alliances contre nature entre les deux tours,

-         un déroulement parfait du scrutin, en terme d’organisation,

-         des scores pas trop rapprochés au second tour pour écarter tout doute, éviter toute contestation et asseoir la légitimité du lauréat.

 

Plus généralement, quelles vont être les conséquences de cette innovation sur la vie politique française ?

 

Si le mouvement populaire qui se dessine se confirme, il est clair que les chances de la Gauche de gagner l’Elysée s’en trouveront décuplées.

 

Evidemment, les Législatives seront alors, compte tenu du scrutin majoritaire, une victoire pour la Gauche, avec l’effet d’entraînement qu’on connaît maintenant bien.

 

En outre, la reconduction du système dans 5 ans, alors ancré dans les mentalités des Français et intégré dans les stratégies des partis et hommes politiques conduira à une bipolarisation plus forte du paysage politique français et de l’élection présidentielle.

 

En effet, les Primaires désigneront LE candidat de la Gauche face au candidat de la Droite républicaine.

 

Seul un candidat du Front national pourrait incarner une troisième voie, quoique inéluctablement sans issue au second tour, à supposer toutefois que ce parti arrive à se démarquer suffisamment de la Droite républicaine dans les années à venir.

 

Il faudra donc veiller à instituer une dose de proportionnelle aux élections législatives afin de permettre une légitime représentation de toutes les sensibilités politiques.

Finalement, les Primaires citoyennes sont certes un laboratoire d’une démocratie élargie mais aussi une piste de refondation de la Gauche, avec un rapprochement progressif de certains de ses composantes.

primaires,présidentielle,parti socialiste,hérault,fédération,sections,vote démocratique

primaires,présidentielle,parti socialiste,hérault,fédération,sections,vote démocratique

primaires,présidentielle,parti socialiste,hérault,fédération,sections,vote démocratique

primaires,présidentielle,parti socialiste,hérault,fédération,sections,vote démocratique

primaires,présidentielle,parti socialiste,hérault,fédération,sections,vote démocratique

03/07/2010

La rénovation du Parti Socialiste

Le peuple des militants socialistes héraultais s’est réuni en Assemblée générale le mardi 22 juin 2010 à Mauguio pour débattre de la Rénovation du Parti Socialiste et examiner les amendements au texte national proposés par les sections socialistes du département.

 

 

AGPSMauguio22062010N2.jpg

Sylvette Jeantet, Laurent Pradeille et Philippe Vidal lançant le débat

L’Hérault compte une centaine de sections pour environ 5.000 encartés : c'est la 5ème fédération française par le nombre des militants.

 

Le texte national proposé a ensuite été approuvé lors d’un vote, section par section, le jeudi 24 juin que ce soit au niveau départemental ou que ce soit au niveau national : 77 % Pour, 14 % Contre et 9 % de blancs ou nuls.

 

Une Convention nationale permettra aux délégués des fédérations de ratifier, au Carrousel du Louvre, le 3 juillet 2010, cet important texte sur la rénovation du Parti Socialiste.

 

Que recouvre le slogan choisi : « Primaires, renouvellement, parité, diversité » ?

 

Concernant la Présidentielle, le Parti Socialiste souhaite une concurrence à Gauche et une présélection du candidat, socialiste ou non, qui portera ses couleurs afin d’éviter un affrontement fratricide du type de celui vécu le 22 avril 2002 où Lionel Jospin fut éliminé dès le premier tour et le Front National présent au second.

 

Ces primaires ouvertes seront tranchées par tout Français justifiant de son inscription sur la liste électorale, s’engagent sur l’honneur à partager les valeurs de la Gauche et cotisant 1 euro pour participer aux frais du scrutin, organisé dans un grand nombre de communes.

 

Cette désignation démocratique augurera d’une dynamique derrière le candidat majeur de la Gauche dont les chances de gagner seront « décuplées ».

 

Il ne s’agit pas d’imposer le bipartisme mais de s’adapter à la bipolarisation du second tour de l’élection présidentielle.

 

Cette dernière est en effet le choix d’un homme ou d’une femme pour diriger le pays et l’élimination de son concurrent.

 

 

AGPSMauguio22062010N1.jpg

Laurent Pradeille, Secrétaire de la Section de Mauguio

et Sébastien Denaja, Secrétaire de la Section de Sète 2, menant les débats

 

 

Concernant le renouvellement des cadres au sein du Parti Socialiste, il est intéressant de citer Arnaud Montebourg : « Rien ne sera plus jamais comme avant au Parti Socialiste ! Fini le temps des éléphants et place aux jeunes lions ! » (Libération du 18 juin 2007).

 

Cette prise de position provocatrice ne l’a pas empêché d’être désigné par Martine Aubry, Première Secrétaire du Parti Socialiste à la tête de la Commission de Rénovation du Parti.

 

Bien sûr, l’intéressé cumule des mandats de député et d’exécutif local (président de conseil général), n’est pas une femme et ne fait pas parti d’une minorité visible.

 

Bien sûr, l’intéressé venu dans l’Hérault a préféré snober la « base » en organisant une conférence de presse sur la rénovation du Parti à Montpellier, en s’assurant un one man-show à Frontignan et en évitant le débat départemental officiel organisé le même jour à Mauguio, assemblée dont il est fait état au début de ce cette note.

 

Comment donc les jeunes lions vont-ils pouvoir succéder aux éléphants ?

 

Disons tout de suite qu’il ne s’agit pas d’une fin en soi car l’âge n’est pas une garantie de dynamisme.

 

Toutefois, le texte proposé frappe un grand coup en décidant unilatéralement (les autres partis ne pourront y être assujettis que s'ils se l'appliquaient eux-mêmes ou si le Parlement le décidait après les élections de 2012) le non cumul des mandats pour les parlementaires.

 

En réalité, il s’agit de rendre incompatible pour les élus socialistes le cumul de la charge de député ou de sénateur et d’un exécutif local : maire-adjoint ou maire, vice-président ou président d’une communauté de communes, d’agglomération ou urbaine, d’un conseil général ou d’un conseil régiona).

 

Le texte, approuvé et intégré dans les statuts du Parti Socialiste, limite aussi au nombre de 3 les mandats électifs successifs dans la même fonction.

 

En outre, pour éviter le « tous contre un » ou le « tous contre une », seuls les représentants des motions arrivées aux deux premières places lors des Congrès triennaux pourront briguer les suffrages des militants socialistes en vue de devenir Premier Secrétaire national.

 

Cette nouvelle clause évitera le cas de figure consécutif au Congrès de Reims où Bertrand Delanoë (représentant la seconde motion) a prêté main forte, une fois distancé au premier tour, à Martine Aubry (représentante de la troisième motion) qui a finalement coiffé sur le fil Ségolène Royal (pourtant représentante de la motion - largement - majoritaire).

 

 
AGPSMauguio22062010N3.jpg

Une partie de l'assistance rassemblée pour un débat démocratique

Concernant l’application de l'égalité vis-à-vis des femmes, du renouvellement et de la diversité, la parité intégrale sera appliquée dans l’ensemble des instances du Parti.

 

Notamment pour les élections législatives de 2012, le Parti Socialiste présentera au moins 50 % de femmes et visera l’objectif ambitieux de 50 % d’élues.

 

Cette grande avancée que les Français devraient plébisciter ne sera toutefois positive que si les députés socialistes sortant ne sont pas systématiquement reconduits aun niveau de l'investiture, ce qui entraînerait l’éviction des hommes jeunes.

 

Afin de permettre aux nouveaux candidats (il est important que la variété de profession, d’origine, de parcours, existante dans la société française soit respectée) de s’implanter le plus tôt possible, le Bureau national du Parti Socialiste définira en décembre 2010 un nombre de circonscriptions réservées au renouvellement et à la diversité.

 

Ces nouveaux candidats seront parrainés par les grands élus locaux.

 

 

AGPSMauguio22062010N4.jpg
Michel Chastaing, Secrétaire de la Section de Clapiers, intervenant sur les Primaires
et plaidant pour des cotisations proportionnées aux moyens financiers des militants
 
 

Le Parti Socialiste change : il se modernise pour mieux représenter les Français et pour être en capacité de gouverner au mieux la France.

 

Le Parti Socialiste de l’Hérault, toujours dirigé par une large majorité de camarades ayant voté pour la motion emmenée au Congrès de Reims par Vincent Peillon et Ségolène Royal, contribue activement à cette rénovation.

 

Crédit photographique : Florent Bellouard